EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Panama papers : le président ukrainien affirme respecter la loi à la lettre

Panama papers : le président ukrainien affirme respecter la loi à la lettre
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Sur Twitter, Petro Porochenko affirme ne pas gérer lui-même ses actifs, et avoir délégué ces activités à des consultants. Il ajoute qu’il pense être

PUBLICITÉ

Sur Twitter, Petro Porochenko affirme ne pas gérer lui-même ses actifs, et avoir délégué ces activités à des consultants. Il ajoute qu’il pense être le premier homme d‘état ukrainien à prendre au sérieux sa déclaration d’ actifs, le paiement de ses impôts et les conflits d’intérêts.

“Cette structure est conforme avec la loi ukrainienne qui fixe les règles du conflit d’intérêt et la fiducie sans droit de regard est conforme au standards internationaux pour la gestion des actifs et pour les hommes politiques”, affirme Vadim Medvedev, de son cabinet d’avocats.

D’après les “Panama Papers”, une nouvelle entité offshore a été enregistrée aux îles Vierges britanniques en août 2014 avec pour seul actionnaire le président Porochenko.

“Si le chef d’Etat a menti dans sa déclaration – cela va vraiment faire du mal à la lutte anti-corruption en Ukraine. Parce qu’aucun fonctionnaire dans le pays ne sentirait plus obligé de suivre ces recommandations”, estime Andriy Marusov de Transparency International.

La création d’une société par le président en exercice est une violation de la constitution.

Des députés populistes ukrainiens ont annoncé vouloir lancer une procédure de destitution, très difficile à mettre en place en Ukraine.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Chypre accusé d'être l'île du blanchiment d'argent pour les Russes

Philippines : une Nobel de la paix acquittée d'évasion fiscale, mais d'autres procès l'attendent

Suisse : quatre ex-banquiers accusés d'avoir aidé un ami de Vladimir Poutine