Donald Trump condamné à une amende de 355 millions de dollars pour fraudes financières

L'ancien président américain Donald Trump, s'exprime dans sa propriété de Mar-a-Lago, le vendredi 16 février 2024, à Palm Beach, en Floride.
L'ancien président américain Donald Trump, s'exprime dans sa propriété de Mar-a-Lago, le vendredi 16 février 2024, à Palm Beach, en Floride. Tous droits réservés AP Photo/Rebecca Blackwell
Tous droits réservés AP Photo/Rebecca Blackwell
Par Euronews avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

L'ancien président américain et ses deux fils ont été condamnés pour une série de fraudes financières au sein de la Trump Organization.

PUBLICITÉ

Un juge new-yorkais a ordonné vendredi à Donald Trump de payer 355 millions de dollars de pénalités, estimant que l'ancien président avait menti sur sa fortune pendant des années.

L'ancien président américain, sa société et ses cadres, y compris ses deux fils aînés, ont été jugés coupables d'avoir tenté de tromper les banques et les assureurs. Le verdict impose un remaniement à la tête de la Trump Organization, en plaçant l'entreprise sous la supervision d'un tribunal et en restreignant la façon dont elle fait des affaires.

Cette décision constitue un revers cuisant pour le candidat républicain à la présidence américaine, la dernière conséquence en date et la plus coûteuse de ses récents démêlés avec la justice. L'ampleur du verdict, qui s'ajoute aux pénalités infligées dans d'autres affaires, risque de réduire considérablement les ressources financières de Donald Trump.

Ce dernier s'est engagé à faire appel et n'aura donc pas à payer immédiatement. Il a qualifié cette décision d'"inférence électorale" et d'"armement contre un adversaire politique", se plaignant aux journalistes dans sa propriété de Mar-a-Lago, en Floride, qu'il était pénalisé pour avoir "construit une entreprise parfaite, avec de grandes liquidités, de grands bâtiments, tout ce qu'il faut".

Le juge a précisé que la Trump Organization continuerait à fonctionner, revenant sur une décision antérieure qui aurait dissous les sociétés de Donald Trump.

La décision impose également une interdiction de trois ans à Donald Trump de servir en tant que dirigeant ou administrateur de toute société new-yorkaise et interdit à ses fils d'exercer pendant deux ans, ce qui oblige effectivement la société à trouver de nouveaux dirigeants, au moins temporairement.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

États-Unis : Donald Trump a remporté samedi la primaire républicaine de Caroline du Sud

Après les menaces de Donald Trump, l'Europe de la défense se fait toujours attendre

Pas d’immunité pour Donald Trump dans l'affaire de la présidentielle de 2020