La flamme olympique dans les mains d'un réfugié syrien

La flamme olympique dans les mains d'un réfugié syrien
Par Vincent Ménard avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Un réfugié syrien a porté la flamme olympique ce mardi à Athènes comme l’avait promis le président du CIO, Thomas Bach, lors de sa visite dans le

PUBLICITÉ

Un réfugié syrien a porté la flamme olympique ce mardi à Athènes comme l’avait promis le président du CIO, Thomas Bach, lors de sa visite dans le camp de migrants d’Eleonas en janvier dernier.

L’honneur est revenu à Ibrahim al-Hussein, 27 ans, arrivé en Grèce en 2014 après avoir fui son pays en guerre et perdu son pied droit dans un bombardement.

Le jeune homme, qui a effectué un relais de 200 mètres, était un nageur de haut niveau et il pratique désormais le basket en fauteuil roulant.

Ce réfugié syrien (centre) a porté ce soir la flamme olympique dans un camp de migrants d'Athènes #AFPpic.twitter.com/wqcb5NmSXJ

— AFP Athenes (@afpathenes) April 26, 2016

Ce mercredi, la flamme olympique sera remise à la délégation brésilienne dans le stade de marbre d’Athènes, théâtre des premiers Jeux modernes en 1896.

Elle débarquera ensuite à Brasilia le 3 mai avant son arrivée au Maracana de Rio le 5 août pour la cérémonie d’ouverture des J.O.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La Seine encore impropre pour une épreuve test du triathlon olympique

Paris 2024 : plusieurs villes françaises disent "non" au relais de la flamme olympique pour des raisons de coût

Brigitte Henriques, présidente du Comité olympique et sportif français, démissionne