EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Syrie : l'envoyé de l'ONU appelle à "revitaliser" le cessez-le-feu

Syrie : l'envoyé de l'ONU appelle à "revitaliser" le cessez-le-feu
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le cessez-le-feu en Syrie est en “grave danger” et il faut le “revitaliser”. C’est le message de l’envoyé spécial de l’ONU. Staffan de Mistura s’est

PUBLICITÉ

Le cessez-le-feu en Syrie est en “grave danger” et il faut le “revitaliser”. C’est le message de l’envoyé spécial de l’ONU. Staffan de Mistura s’est exprimé dans la nuit de mercredi à jeudi, à Genève, à l’issue d’un troisième round de négociations. Deux semaines de discussions vaines. Les principaux représentants de l’opposition ont quitté la table des négociations pour protester contre la dégradation de la situation sur le terrain.

Le diplomate a appelé à poursuivre le processus. “Soyons francs, cela ne marchera que si nous parvenons à ramener la cessation des hostilités au niveau de février et mars”, dit-il. “Pour cela j’ai lancé un appel à une initiative d’urgence russo-américaine, au plus haut niveau. L’héritage à la fois des présidents Obama et Poutine est lié au succès de ce qui a été une initiative unique qui a bien commencé et a besoin de très bien se terminer”.

Le diplomate a ainsi recommandé au Conseil de sécurité d’organiser rapidement une rencontre du Groupe international de soutien à la Syrie co-présidé par la Russie et les Etats-Unis. Le cessez-le-feu décrété il y a deux mois est bel et bien mort avec l’intensification des bombardements sanglants notamment dans la région d’Alep. “Durant ces dernières 48 heures, un Syrien est mort toutes les 25 minutes, le dernier pédiatre d’Alep aurait été tué lors des bombardements survenus” dans la soirée, a déploré M. de Mistura.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Russie - Corée du Nord : un accord d'assistance entre Moscou et Pyongyang

Vladimir Poutine en visite en Corée du Nord

De possibles "crimes de guerre" commis lors de la libération de quatre otages à Gaza (ONU)