PUBLICITÉ

Hissène Habré reconnu coupable de crimes contre l'humanité

Hissène Habré reconnu coupable de crimes contre l'humanité
Tous droits réservés 
Par Euronews avec AFP/Reuters
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'ancien président du Tchad était jugé devant un tribunal spécial africain basé au Sénégal, là où il s'était réfugié en 1990, et là où il a été arrêté. Il a été condamné à la pri

PUBLICITÉ

La foule met un peu de temps avant de réaliser et applaudir. Le Tribunal spécial africain vient de rendre son verdict. Hissène Habré, l’ancien président tchadien, est reconnu coupable de crimes contre l’humanité, crimes de guerre, viol, esclavage et enlèvements. Il passera le restant de ses jours en prison. Il a quinze jours, cependant pour faire appel.

Hissène Habré a dirigé le Tchad entre 1982 et 1990 avant d‘être renversé par l’un de ses anciens collaborateurs, l’actuel président Idriss Déby, et de se réfugier au Sénégal.

Arrêté en 2013, Habré n’a jamais reconnu la légitimité de la juridiction sénégalaise. C’est de force qu’il a comparu à son procès et ses avocats ont refusé eux aussi de participer aux audiences.

#Senegal « Vive l’Afrique, à bas la Françafrique », les derniers mots de #Habréhttps://t.co/x43YQdhmVvpic.twitter.com/GaTw7f4BYd

— malcom (@TyhbMalcom) May 30, 2016

La répression politique de son régime, à base de détentions arbitraires et et de torture, aurait fait 40.000 morts.

C’est la première fois qu’un ancien chef d’Etat africain est jugé sur son continent et pas par la Cour Pénale Internationale, ainsi pour l’ONG Human Rights Watch, “ce procès est un précédent extraordinaire qui montre que des tribunaux africains peuvent juger des crimes commis en Afrique”.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Sénégal : Amadou Ba reconnaît la victoire de Bassirou Diomaye faye à l'élection présidentielle

Sénégal : les premiers résultats donnent le candidat antisystème en tête

No Comment : les Sénégalais se rendent aux urnes pour la présidentielle