Brexit : la Banque d'Angleterre à la manoeuvre cet été

Brexit : la Banque d'Angleterre à la manoeuvre cet été
Par Anne Glémarec avec REUTERS, AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Son gouverneur, Mark Carney, estime qu'un assouplissement monétaire sera probablement nécessaire cet été.

Un assouplissement monétaire dès l‘été au Royaume-Uni : c’est ce qu’a laissé entendre ce jeudi le gouverneur de la banque d’Angleterre dans son deuxième discours depuis le référendum. Mark Carney estime en effet que l’incertitude liée au Brexit a considérablement modifié les perspectives de croissance et d’inflation.

Les perspectives économiques se sont détériorées et un certain assouplissement monétaire sera probablement nécessaire au cours de l'été.

Les perspectives économiques se sont détériorées et un certain assouplissement monétaire sera probablement nécessaire au cours de l‘été. Le Comité de politique monétaire dressera un état des lieux initial le 14 juillet et une étude complète – accompagnée de nouvelles prévisions – suivra dans le rapport sur l’inflation en août. En août, nous discuterons aussi en profondeur de l‘éventail d’instruments disponibles pour un stimulus monétaire, si nécessaire,“ a-t-il déclaré.

Ses propos ont propulsé le FTSE 100 à son plus haut niveau depuis août à Londres. Il s’envolait de 2,27% à la clôture. La livre, elle, est repartie à la baisse contre dollar.

Les cours intègrent à présent une baisse du taux directeur de la BoE de 0,5%, son plus bas historique, à zéro. L’intervention de la banque centrale pourrait aussi consister en un élargissement de son programme de rachat d’actifs.

L’effet Mark Carney s’est propagé aux autres bourses européennes. Au terme d’une séance indécise, toutes ont clôturé dans le vert.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Londres annonce des "centaines" de nouvelles licences gazières et pétrolières

Les skieurs britanniques tout schuss vers les stations françaises

Flambée des cours du brut : le baril de Brent au-dessus des 80 dollars