Le show Trump a commencé à Cleveland

Le show Trump a commencé à Cleveland
Par Euronews avec agences
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Donald Trump est prêt pour le grand show de son discours d'investiture en tant que candidat républicain à la Maison Blanche. Il a rejoint Cleveland au lendemain de son adoubement par les délégué

PUBLICITÉ

Arrivée en grande pompe pour Donald Trump à la convention républicaine de Cleveland.

Le milliardaire avait déjà fait une apparition, lundi, mais c’est désormais en candidat désigné qu’il a rejoint l’Ohio, un Etat clé en vu de la présidentielle de novembre.

Un Etat dont le gouverneur républicain, John Kasich, boycotte la convention, irrité par la personnalité de Trump.

In November, I think the people of Ohio will remember that the Republicans picked Cleveland instead of going to another state. Jobs!

— Donald J. Trump (@realDonaldTrump) 20 juillet 2016

C’est donc le gouverneur de l’Indiana, Mike Pence, son colistier qui l’a accueilli (Mike Pence pourrait devenir vice-président si Trump est élu président).

“C’est vraiment un honneur et nous allons gagner l’Ohio, n’est-ce pas Mike ? Nous allons gagner en Ohio et tout emporter”, a déclaré Donald Trump à son arrivée avant de reprendre son slogan fétiche : “ous allons redonner à l’Amérique sa grandeur”.

Pour gagner, le camp Trump s’emploie, déjà, à effacer l’erreur du discours plagié de son épouse Melania.

Meredith McIver, l’une des plumes de l‘équipe du candidat, a fait son mea culpa reconnaissant avoir “utilisé des passages du discours de Michelle Obama de 2008”.

Behind Melania’s Cribbed Lines: Meet Ms. McIver, Ballerina turned Trump writer at center of plagiarism storm. https://t.co/OiOtJIzhd5

— Jason Horowitz (@jasondhorowitz) 21 juillet 2016

Donald Trump devra convaincre au sein de son propre camp avant d’affronter Hillary Clinton, même si les deux candidats sont quasiment aussi impopulaires l’un que l’autre dans les sondages.

De nombreuses promesses de campagne suscitent la controverse. Il faut dire que Donald Trump a stigmatisé les musulmans, les handicapés ou encore les Mexicains.

Une partie de l’opinion publique reproche toujours à Trump de vouloir ériger un mur à la frontière mexicaine, à l’instar d’un artiste de Los Angeles, Plastic Jesus, qui a entouré l‘étoile de Donald Trump d’un mur et de barbelés sur le Walk of Fame sur Hollywood Boulevard.

Donald Trump avait obtenu son étoile en 2007 pour son émission de télé-réalité “The Apprentice”.

Sur les réseaux sociaux, Plastic Jesus a expliqué qu’il avait lui-même payé pour ce mur de 15 centimètres de haut et qu’il n’avait pas utilisé d’argent mexicain, en référence aux promesses du milliardaire populiste de faire financer la construction du mur par le Mexique.

I built and paid for the wall myself. No Mexican money. #trump#Mexico#donaldtrump#hollywoodpic.twitter.com/LTjGN3SBPf

— Plastic Jesus (@plasticjesusart) 20 juillet 2016

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

New York touché par un séisme de magnitude 4,8

No Comment : un mort et deux blessés après la chute d'une section de grue en Floride

L'enquête sur l'effondrement du pont de Baltimore s'accélère