Les Républicains et la haine envers H. Clinton

Les Républicains et la haine envers H. Clinton
Par Euronews avec STEFAN GROBE à CLEVELAND
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Donald Trump pourrait se servir de la haine que vous les Républicains à Hillary Clinton pour tenter d'unifier le parti.

PUBLICITÉ

Le discours de Donald Trump est donc très attendu ce jeudi soir notamment pour ceux qui espèrent encore unifier un parti Républicain en lambeaux après les primaires.

A Cleveland, une foule bigarrée vient chaque jour apporter son soutien au milliardaire, qui enregistre quelques points de retard sur Hillary Clinton dans les sondages.

Evolution depuis juillet 2015 des sondages pour la présidentielle entre Donald Trump et Hillary Clinton #AFPpic.twitter.com/3j3JYO3sS1

— AFP USA (@AFPusa) 20 juillet 2016

“On va arrêter la langue de bois, et utiliser notre bon sens”, se réjouit ce sosie de Lincoln.

“Ce pays est dirigé par des bureaucrates qui sont en train de le mettre à terre”, dit-il.

Pour unifier le parti Donald Trump pourra en tous cas jouer la carte anti-Clinton. Dans les allées de la convention, l’ex-secrétaire d’Etat américaine cristallise la haine.

“Secretary of the Status Quo” #MakeAmericaFirstAgain#TrumpPence16#RNCinCLEpic.twitter.com/NlqfGPTvgV

— GOP (@GOP) 21 juillet 2016

“Je suis 100 % confiant parce que les gens en ont le ras le bol d’Hillary Clinton et de l’establishment. La majorité silencieuse s’est rassemblée ici derrière lui. Il va redresser notre pays”, assure un jeune Républicain.

“Les seniors, les hauts revenus, les bas revenus, beaucoup de gens ne le disent pas mais ils votent tous pour Donald Trump”, indique un autre sympathisant.

“Donald Trump doit désormais faire face à d‘énormes obstacles. Il est à la traîne dans les sondages, il manque de soutiens financiers, de structure et d’un plan d’attaque et il est confronté à un parti divisé. Mais s’il y a bien une chose qui électrise les Républicains, c’est le désir impérieux de battre Hillary Clinton”, conclut Stefan Grobe, le correspondant d’euronews aux Etats-Unis, envoyé spécial à la convention républicaine à Cleveland.

You don't say, Mike. #RNCinCLEpic.twitter.com/rmW3NOw0ac

— Hillary Clinton (@HillaryClinton) 21 juillet 2016

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Ted Cruz refuse de soutenir le candidat Donald Trump

États-Unis : Donald Trump a remporté samedi la primaire républicaine de Caroline du Sud

Donald Trump condamné à une amende de 355 millions de dollars pour fraudes financières