EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Turquie : la purge, aussi, dans les médias

Turquie : la purge, aussi, dans les médias
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L’armée n’est pas la seule à être visée par la répression post-coup d’Etat : plusieurs médias subissent également les foudres des autorités turques.

PUBLICITÉ

L’armée n’est pas la seule à être visée par la répression post-coup d’Etat : plusieurs médias subissent également les foudres des autorités turques.

Ce mercredi, le gouvernement a ordonné la fermeture de trois agences de presse, 16 stations de télévision, 23 stations de radio, 45 journaux, 15 magazines et 29 maisons d‘édition, en vertu de l‘état d’urgence.

Les autorités leur reprochent leur proximité avec le prédicateur Fetullah Gülen, accusé d’avoir fomenté le putsch.

Mais cette purge dans les médias suscite des critiques.

“_Il est inadmissible que tant de personnes soient actuellement poursuivies. Il n’y a aucun critère pour justifier ces poursuites.
On ne peut pas admettre que ces gens soient punis au motif qu’ils travaillent pour des médias appartenant à Fethullah Gülen._”
Ugur Ayatc, responsable d’un syndicat de journalistes

Cette répression à l’encontre des journalistes inquiète également à l‘étranger. Ainsi les représentants pour la liberté de la presse de l’ONU et l’OSCE ont, tout deux, dénoncé un “grave coup porté au débat public“.
Ils ont demandé aux autorités turques de revoir leur décisions et de respecter leurs obligations en matière de liberté de la presse.

#Turquie : #RSF dénonce les rafles de journalistes ! https://t.co/UnkARrdo3Zpic.twitter.com/y0eM0OpP3s

— RSF (@RSF_inter) 28 juillet 2016

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Russie : ouverture du procès d'un journaliste américain

En Hongrie, premier débat électoral sur la télévision publique depuis 18 ans

No Comment : Manifestation de Reporters sans frontières contre la venue de Xi Jinping