EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Brexit : Donald Tusk presse Theresa May d'activer l'article 50

Brexit : Donald Tusk presse Theresa May d'activer l'article 50
Tous droits réservés 
Par Julien Pavy
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Première rencontre à Downing Street entre le président du Conseil européen Donald Tusk et la nouvelle Première ministre britannique, Theresa May.

PUBLICITÉ

Première rencontre à Downing Street entre le président du Conseil européen Donald Tusk et la nouvelle Première ministre britannique, Theresa May. Au coeur de cette rencontre informelle : le Brexit et ses conséquences.

Meeting PM theresa_may</a> to inform about EU27 <a href="https://twitter.com/hashtag/Bratislavasummit?src=hash">#Bratislavasummit</a> and discuss process for Brexit talks <a href="https://t.co/ANGuFY7wAC">pic.twitter.com/ANGuFY7wAC</a></p>&mdash; Donald Tusk (eucopresident) 8 septembre 2016

Donald Tusk presse Londres de déclencher la procédure de sortie de l’Union européenne le plus rapidement possible pour éviter de prolonger la période d’incertitude.

Theresa May, de son côté, a répété à plusieurs reprises que l’article 50 du Traité de Lisbonne ne serait pas activé avant la fin de l’année. Elle souhaite que les négociations de sortie se déroulent en “douceur”.

Après le vote du Brexit en juin dernier, l’objectif pour Londres et Bruxelles est de construire une nouvelle relation forte entre la Grande-Bretagne et l’Union européenne. Pour Donald Tusk, la balle est dans le camp du Royaume-Uni.

Our goal to establish closest possible EU-UK relations. Ball in UK court to start negotiations. In everybody's best interest to start asap

— Donald Tusk (@eucopresident) 8 septembre 2016

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Westminster se penche sur la pétition réclamant un nouveau référendum sur le Brexit

Nigel Farage fait volte-face et se présente aux élections britanniques

Irlande du Nord : après deux ans de tumultes, le parlement va reprendre du service