EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Colombie : trêve prolongée et reprise des pourparlers

Colombie : trêve prolongée et reprise des pourparlers
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le cessez-le-feu conclu entre le gouvernement colombien et les farc a été étendu jusqu‘à la fin du mois, malgré le rejet dimanche par référendum de l’accord de paix, jugé par ses opposants trop clémen

PUBLICITÉ

Le cessez-le-feu conclu entre le gouvernement colombien et les farc a été étendu jusqu‘à la fin du mois, malgré le rejet dimanche par référendum de l’accord de paix, jugé par ses opposants trop clément vis à vis de la guérilla marxiste.

Alors que le Prix Nobel de la Paix lui tendait les bras, le président Juan Manuel Santos est forcé de relancer les pourparlers avec les Farc. Les négociateurs du gouvernement colombien et des Farc se sont retrouvés ce mardi à La Havane, où les deux parties ont signé fin septembre des accords de paix historiques, après quatre ans de négociations.

Le cessez-le-feu bilatéral et illimité est prolongé jusqu’au 31 octobre. J’espère que nous pourrons avancer dans le consensus, dans le dialogue, pour concrétiser les dispositions et les accords qui nous permettront de trouver une solution à ce conflit“ a déclaré le président colombien Juan Manuel Santos ce mardi au cours d’une allocution télévisée.

Ratifiqué a general Jorge E. Mora, Gr_Naranjo</a>, Gonzalo Restrepo y <a href="https://twitter.com/FrankPearl">FrankPearl como negociadores. Los necesitamos más que nunca

— Juan Manuel Santos (@JuanManSantos) 5 octobre 2016

Principal opposant à l’accord l’ancien président conservateur Alvaro Uribe doit s’entretenir avec son successeur ce mercredi. “Ce que nous reprochons à cet accord, c’est qu’il y a des secteurs oubliés. Ils se sont accordés sur quelque chose de grave contre la démocratie colombienne. La première nécessité est que le gouvernement national, qui l’a autorisé, dise clairement si il est prêt à corriger l’accord de paix“ a asséné Alvaro Uribe à la télévision.

La cita que le pedí al Presidente de la República la concedió para mañana a las 11:30 AM.

— Álvaro Uribe Vélez (@AlvaroUribeVel) 4 octobre 2016

Bogota et les Farc s‘étaient entendus fin septembre sur la démobilisation des soldats des Farc et la conversion de la guérilla en parti politique. La consultation populaire organisée dimanche dernier visait à donner de la légitimité à l’accord, mais cette dernière n’a aucune valeur juridique. Ainsi, l’accord est toujours en vigueur en Colombie.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La Colombie et l'épineuse question de la réconciliation

Déception et incertitude en Colombie après la victoire du "non"

Famine au Soudan : la communauté internationale promet plus de 2 milliards d'euros d'aide