EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Séisme en Italie: manifestation pour la reconstruction

Séisme en Italie: manifestation pour la reconstruction
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le 24 août dernier un tremblement de terre ravageait ce coin aux confins des Marches et du Latium dans le centre de l’Italie.

PUBLICITÉ

Le 24 août dernier un tremblement de terre ravageait ce coin aux confins des Marches et du Latium dans le centre de l’Italie. Accumoli, Amatrice, des petites villes presque complètement rasées.
Cinq mois plus tard la situation n’est toujours pas revenue à la normale. Loin de là. Un petit groupe d’habitants a décidé de se faire entendre. “La bureaucratie tue plus que les tremblements de terre”, les slogans poitent frontalement la responsabilité de l‘état. Selon eux, l’argent est disponible mais la lourdeur de l’administration bloque la reconstruction.

Accumoli, i terremotati manifestano: ''Basta giri, i politici vengano a fare cose concrete'' https://t.co/PZ8Jp9Y3Dv

— la Repubblica (@repubblicait) 15 janvier 2017

D’autant qu’une bonne partie des habitants n‘était pas forcément assuré en cas de catastrophe naturelle. La gestion à l’Aquila de l’après séisme en 2009 est certainement dans tous les esprits. Sept ans après, la ville est toujours en partie à terre.

Les conditions météo rendent la situation plus compliquée. Ces derniers jours dans cette région montagneuse, il a fait jusqu‘à -12 degrès, le peu de travaux qui avaient commencé ont été suspendus. En attendant, la plupart des familles vivent aujourd’hui sur la côte adriatique où elles sont logées en hôtel.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Sécheresse, canicule, désertification : la Sicile en première ligne face au réchauffement climatique

NO COMMENT: L'Italie traverse un épisode de canicule jusqu'à 40°C

Traversée historique du détroit de Messine par le funambule estonien Jaan Roose