Trump déclare la guerre aux médias après la polémique sur son investiture

Trump déclare la guerre aux médias après la polémique sur son investiture
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

“Les journalistes font partie des êtres les plus malhonnêtes de la terre”.

PUBLICITÉ

“Les journalistes font partie des êtres les plus malhonnêtes de la terre”… Cette petite phrase prononcée samedi par Donald Trump, lors d’une visite à la CIA, symbolise la relation difficile et complexe qu’entretient le nouveau président des Etats-Unis avec les médias. La polémique autour du nombre de personnes qui ont participé à son investiture, vendredi, l’illustre on ne peut mieux.

Deux photos des cérémonies d’investiture d’Obama en 2009 et de Trump en 2017 montre que la première a, indiscutablement, attiré une foule plus nombreuse que la deuxième. Peine perdue. “C‘était la plus grande foule jamais vue lors d’une investiture, a martelé le porte-parole de la Maison Blanche, Sean Spicer. Et ces tentatives d’affaiblir l’enthousiasme de cette cérémonie, c’est à la fois honteux et mensonger.”

Cette polémique sur les chiffres prend une résonance particulière alors que samedi, des centaines de milliers d’opposants au nouveau président, jusqu‘à deux millions de personnes, selon les organisateurs, ont défilé dans les rues de Washington, New York, Boston, Los Angelès, San Francisco ou encore Chicago, pour dénoncer le programme de Trump. Alors que l’affluence de la cérémonie a été évaluée à trois à quatre fois moins. En réponse aux manifestants, le président des Etats-Unis a manié l’ironie, en tweetant : “J’ai comme l’impression que nous venons d’avoir une élection…”

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

États-Unis : Donald Trump a remporté samedi la primaire républicaine de Caroline du Sud

Donald Trump condamné à une amende de 355 millions de dollars pour fraudes financières

Donald Trump encouragerait la Russie à attaquer les pays de l'OTAN en retard de paiement