La "Raspoutine" sud-coréenne crie son innocence

La "Raspoutine" sud-coréenne crie son innocence
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Alors qu’elle était emmenée au bureau du procureur spécial chargé de l’affaire qui a provoqué la chute de Park Geun-hye, son amie Choi Soon-sil, accusée de l’avoir manipulé, a crié devant les caméras

PUBLICITÉ

Alors qu’elle était emmenée au bureau du procureur spécial chargé de l’affaire qui a provoqué la chute de Park Geun-hye, son amie Choi Soon-sil, accusée de l’avoir manipulé, a crié devant les caméras que ses aveux ont été extorqués par la force.

(LEAD) Choi Soon-sil accuse l'équipe du procureur indépendant d'être «non démocratique» https://t.co/zOvuHDpX0O

— Agence Presse Yonhap (@Yonhapfr) 25 janvier 2017

Dans le cadre de cette enquête, les juges s’intéressent notamment au financement par le groupe Samsung de la carrière équestre de sa fille de vingt ans, arrêtée au Danemark.

La présidente sud-coréenne Park Geun-hye a été destituée par le Parlement en décembre, accusée d’avoir fait pression par le biais de sa comparse sur de grands groupes comme Samsung, afin qu’ils financent deux fondations, servant à soutenir ses politiques.

Pour l’instant, la chef d‘état a simplement été écartée du pouvoir. C’est la Cour constitutionnelle composée de neuf juges qui doit trancher. Par souci d’impartialité, le président du tribunal a affirmé que la décision finale devait être rendue avant la mi-mars, avant que deux des juges ne prennent leur retraite.

Sept voix sont nécessaires afin de confirmer sa destitution, et il en faut six, pour que la décision soit suspendue.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Mode : Armani éclaboussé par un nouveau scandale de travail clandestin

Guerre Russie-Ukraine : une conférence aux Pays-Bas pour "rétablir" la Justice en Ukraine

Suspension du blocage de Telegram en Espagne en attendant un audit