EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Donald Trump moleste CNN sur Twitter

Donald Trump moleste CNN sur Twitter
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
PUBLICITÉ

La Maison Blanche tente d‘éteindre la polémique, après une nouvelle saillie de Donald Trump sur Twitter. Sur le réseau social à l’oiseau bleu, le Président américain s’en est pris aux médias d’une manière peu coutumière. Cette fois, il se met en scène en train de frapper un homme, dont le visage est remplacé par le logo de CNN, la chaîne qu’il accuse de véhiculer de fausses informations et qui estime que le chef de l’Etat “encourage la violence contre les journalistes”.

#FraudNewsCNN#FNNpic.twitter.com/WYUnHjjUjg

— Donald J. Trump (@realDonaldTrump) 2 juillet 2017

Sur le plateau de la chaîne ABC, le conseiller à la sécurité et au contre-terrorisme à la Maison Blanche Thomas Bossert appelle à l’apaisement, en évoquant la personnalité de Donald Trump. “Je pense que personne ne le perçoit comme une menace”, explique Thomas Bossert. “J’espère que ce n’est pas le cas, mais vu la façon dont il est critiqué sur les réseaux sociaux, il a le droit de répondre. Je crois surtout qu’il est un Président authentique, qui s’exprime sans fard et, franchement, je pense que c’est pour cela qu’il a été élu”. > Homeland Security Adv. Thomas Bossert on Trump’s CNN tweet: “He’s beaten up in a way on cable platforms, that he has a right to respond to.” pic.twitter.com/Elulf2QhdO

— ABC News (@ABC) 2 juillet 2017

Ce dimanche, des manifestations anti-Trump ont été organisées dans plusieurs villes aux Etats-Unis, pour réclamer la destitution du Présdent américain.

USA : plusieurs marches dimanche pour demander la destitution de Trump https://t.co/0OHw1en5jV#Trumppic.twitter.com/0gXMuqMdBz

— L’important (@Limportant_fr) 2 juillet 2017

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le pansement, nouvelle tendance des supporters de Donald Trump

Donald Trump investi par le parti républicain

Le choix du colistier de Trump est-il synonyme d'ennuis pour l'Europe ?