PUBLICITÉ

Chypre, l'occasion manquée

Chypre, l'occasion manquée
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

En Suisse, la conférence sur Chypre s'est conclue sur un échec.

PUBLICITÉ

Grande déception en Suisse… La conférence sur Chypre s’est conclue sur un échec. Les négociations inter-chypriotes qui devaient débloquer un conflit vieux de 40 ans n’ont abouti à rien malgré “l’engagement et la détermination de toutes les délégations” a expliqué Antonio Guterres. Le secrétaire général de l’ONU déplore cette occasion historique manquée pour les dirigeants chypriote Nicos Anastasiades et turc-chypriote Mustafa Akinci.

Vers minuit, il a déclaré aux journalistes :

Je ne voudrais pas isoler une question en particulier, c’est évident qu’il y avait une distance encore importante entre les délégations, en ce qui concerne un certain nombre de questions et que l’accord n’a pas été possible.

Au début des négociations, la semaine dernière, tous semblaient optimistes, mais la tension est montée en quelques jours.

L’ONU croit qu’une solution est possible pour réunifier Chypre https://t.co/7a8NNbs6kB#AFPpic.twitter.com/Cc8ntQSlg5

— Agence France-Presse (@afpfr) 27 juin 2017

La réunification de l‘île, divisée depuis 1974, aurait véritablement achoppé sur le maintien de la présence des 35 000 soldats turcs dans la partie nord de Chypre.

Peu après l’annonce de l‘échec, une source proche des négociations a confié à l’AFP que, durant les échanges, “il y a eu des gens qui hurlaient, beaucoup d‘émotions”.

Un précédent round de discussions s‘était tenu en janvier, déjà en Suisse, mais là aussi sans résultat, les parties ne s’entendant pas sur la sécurité du futur Etat, sujet qui, cette semaine encore, a exacerbé les tensions entre les délégations chypriotes rivales.

Chypre, qui compte un million d’habitants, est divisée depuis que l’armée turque a envahi en 1974 la partie nord de l‘île, en réaction à un coup d’Etat qui visait à rattacher le pays à la Grèce et qui avait suscité une vive inquiétude dans la minorité chypriote turque. Depuis, la République de Chypre, admise au sein de l’Union européenne en 2004, n’exerce son autorité que sur la partie sud où vivent les Chypriotes grecs. Les Chypriotes turcs habitent eux la République turque de Chypre du Nord (RTCN), reconnue uniquement par Ankara.

Pourparlers sur Chypre: La Grèce demande le départ des “troupes occupantes” https://t.co/CQjup4Hmowpic.twitter.com/6qYhGrARQT

— Courrier inter (@courrierinter) 3 juillet 2017

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les Chypriotes-turcs élisent leurs députés

Un président turc en Grèce, la diplomatie avant tout

Espoirs et obstacles pour la réunification de Chypre