PUBLICITÉ

Découverte d'un charnier à Tikrit

Découverte d'un charnier à Tikrit
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
PUBLICITÉ

Un trou béant, la tombe anonyme de centaines de soldats irakiens. Les équipes médico-légales irakiennes ont mis au jour une fosse commune à Tikrit. C’est ici qu’en 2014 les djihadistes de l’Etat islamique ont capturé près de 1700 soldats de l’armée régulière avant de les exécuter. Les images du massacre avaient fait le tour du monde. Aujourd’hui les familles des soldats viennent récupérer les dépouilles. “Jusqu‘à présent, nous avons rendu aux familles 550 corps, 200 sont encore sujets à des tests ADN. 150 victimes avaient été découvertes il y a deux semaines et nous pensons en trouver davantage. Selon moi le chiffre total pourrait être supérieur à mille”, explique Moeen al-Kadhimi, commandant des Unités de mobilisation populaire, une milice chiite alliée du pouvoir central.
D’après les allégations de l’Etat islamique, les soldats massacrés en juin 2014 seraient tous de confession chiite. Depuis la reprise de la région de Tikrit, les découvertes de fosses communes se multiplient. Notamment en avril 2015, des dizaines de corps avaient été retrouvés dans l’enceinte de l’ancien palais présidentiel de Saddam Hussein.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Profanation d'un coran à Stockholm : l'Irak expulse l'ambassadrice suédoise à Bagdad

Coran brûlé en Suède : des Irakiens incendient des drapeaux arc-en-ciel

La Pologne exige des explications de la Russie concernant la violation de son espace aérien