DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Festival de Gabala : entre grandeur et tradition

Vous lisez :

Festival de Gabala : entre grandeur et tradition

Festival de Gabala : entre grandeur et tradition
Taille du texte Aa Aa

Au sein de ces montagnes pittoresques dans le nord de l’Azerbaïdjan, se tient le festival international de musique de Gabala. Les musiques du monde entier sont représentées. Avec une place particulière pour les compositeurs azerbaïdjanais et la musique ethnique.

“Je n’avais jamais joué de la musique d’un compositeur azerbaïdjanais avant de commencer à travailler avec “FeMusa”. C‘était formidable ! Ces oeuvres sont vraiment uniques”, explique la contrebasse Katy Furmanski.

L’orchestre de chambre féminin “FeMusa Orchestra” est basé au Royaume-Uni. Il est dirigé par la violoniste Nazrin Rashidova : “L’idée de monter un orchestre de chambre féminin m’est venue lors de ma dernière année de maîtrise. J’ai fait des recherches et j’ai constaté qu’il n’y en avait plus au Royaume-Uni depuis les années 50. Jouer au sein d’un orchestre féminin a ses avantages, mais ses inconvénients également. L’avantage, c’est que c’est beau à voir. Mais nous sommes un peu capricieuses.”

Au sein de FeMusa, 11 nationalités sont représentées. L’orchestre qui a eu la chance de se voir offrir une première mondiale avec “Three Valentines” pièce écrite spécialement par le compositeur britannique Paul Lewis.

L’année prochaine, le festival de musique de Gabala célébrera son 10e anniversaire.

Plus de Cult