EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Odinga conteste sa défaite devant la Cour suprême du Kenya

Odinga conteste sa défaite devant la Cour suprême du Kenya
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le leader de l'opposition kényane maintient que des fraudes ont entaché la présidentielle remportée par le sortant Uhuru Kenyatta.

PUBLICITÉ

Le leader de l’opposition kényane Raila Odinga a annoncé ce mercredi qu’il comptait saisir la Cour Suprême. Le candidat malheureux de la présidentielle la semaine dernière maintient que des fraudes ont entaché le scrutin.

Il a réitéré sa principale accusation : selon lui, le système électronique de comptage des voix a été piraté à la faveur du président élu, Uhuru Kenyatta.

La Commission électorale a certes déclaré Uhuru Kenyatta président, mais un grand nombre de Kényans n’a pas reconnu la légitimité de cette décision, et ne la reconnaîtra pas avant d’avoir obtenu des réponses aux questions profondément troublantes, qui ont été soulevées“ a déclaré l’opposant, en invitant ses partisans à continuer à manifester pacifiquement.

The fraud Jubilee has perpetuated on Kenyans surpasses any level of voter theft in our country’s history. This time we caught them.

— Raila Odinga (@RailaOdinga) 9 août 2017

Le calme semble être revenu au Kenya, où au moins 17 personnes sont mortes dans des émeutes depuis l’annonce de la victoire d’Uhuru Kenyatta vendredi.

Le président sortant a recueilli 54,3 % des suffrages lors d’un scrutin qui s’est globalement bien déroulé, selon les nombreux observateurs internationaux présents.

En 2013, Raila Odinga avait déjà contesté sa défaite devant la Cour suprême, qui avait finalement validé l‘élection.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les jeunes kenyans toujours dans la rue contre la loi de finances

Kenya : la rupture d'un barrage provoque la mort d'au moins 45 personnes

NO COMMENT : un 'Dark Valentine' organisé au Kenya le 14 février