DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Référendum catalan : pour ou contre, que pensent les célébrités ?

Vous lisez :

Référendum catalan : pour ou contre, que pensent les célébrités ?

Référendum catalan : pour ou contre, que pensent les célébrités ?
Taille du texte Aa Aa

Plus la date du référendum sur l’indépendance de la Catalogne s’approche, plus il y a de soufre dans l’air en Espagne. Les autorités catalanes et espagnoles se défient, les deux camps se crispent, et pas seulement dans le pays. Des personnalités du monde entier, dont certaines sont célèbres, n’hésitent pas à prendre position, qu’elles appartiennent au milieu sportif, artistique, littéraire, ou autre…

La justice espagnole a interdit la tenue de ce référendum, arguant d’une violation de la Constitution. Des millions de bulletins de vote et des urnes en quantité sont saisis, pas moins de 10 000 policiers et gardes civils ont pour mission d’empêcher le scrutin de se dérouler. Mais des voix s‘élèvent pour défendre l’idée d’une consultation de la population, même si on est contre l’indépendance.

Le FC Barcelone réclame "le droit à décider"

Face à ce dilemme, le FC Barcelone, symbole fort de l’identité catalane, se trouve écartelé mais le prestigieux club de football prône clairement l’organisation du référendum.
En premier lieu, le défenseur international Gerard Piqué. Le joueur a publié sur son compte Twitter un message qui n’est pas passé inaperçu : “A partir d’aujourd’hui et jusqu‘à dimanche, nous nous exprimerons pacifiquement. Ne leur donnons aucune excuse. C’est ce qu’ils veulent. Et chantons haut et fort. #Nous voterons”.


Dans le camp des célébrités en faveur d’un référendum se trouve aussi l’acteur américano-danois Viggo Mortensen. Mais, penserez-vous, que vient-il faire dans cette histoire ? Eh bien, sa compagne est Catalane et il parle désormais la langue. Le comédien a déclaré : “Qu’ils votent. C’est une erreur que le gouvernement ne fasse pas comme la Grande-Bretagne avec l’Ecosse”.

Le manifeste "Laissez voter les Catalans"

Plusieurs autres personnalités ont signé un manifeste intitulé “Deixin votar els Catalans” (Laissez voter les Catalans). Il appelle l’Espagne et la Catalogne à se mettre d’accord pour que se tienne la consultation. En font partie :
Rigoberta Menchú, la Guatémaltèque prix Nobel de la paix en 1992.
Ken Loach, le réalisateur britannique, auteur notamment du film “Land and Freedom”, une adaptation du livre du Britannique George Orwell sur la guerre civile espagnole, “Hommage à la Catalogne”.
Et Yoko Ono-Lennon, la veuve du musicien britannique John Lennon.

Deux célèbres lanceurs d’alerte soutiennent également le référendum en Catalogne :
L’Américain Edward Snowden, qui a révélé des scandales liés à l’espionnage mené par la centrale américaine de renseignements NSA.
Et l’Australien Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks, qui aide même les indépendantistes catalans à gérer un site web. Il a tweeté : “Le peuple catalan a le droit à l’auto-détermination”.

Référendum sur la Catalogne

Mendoza, Banderas, Nadal, du côté de la loi

Et puis il y a le camp de ceux qui ne veulent pas entendre parler d’un scrutin qui, selon eux, est anti-constitutionnel. Rafael Nadal, le champion de tennis espagnol, a commenté : “Je crois que ce vote ne devrait pas se produire parce que, de mon point de vue, chacun doit respecter les lois”.

L‘écrivain de Barcelone, Eduardo Mendoza, l’un des auteurs espagnols les plus traduits dans le monde, a dit craindre un “risque d’appauvrissement”.

Un autre écrivain, le Péruvien Mario Vargas Llosa, prix Nobel de littérature, a condamné “le plus grave des dangers qui guettent l’Espagne”.

Un autre manifeste, à l’intitulé très explicite “1er octobre escroquerie anti-démocratique”, circule en Espagne. Il est signé par exemple par :
Isabelle Coixet, la réalisatrice espagnole qui collectionne les prix Goya, quatre en tout. Elle a qualifié le référendum de “vision naïve”.
Marisa Paredes, actrice espagnole qui est l’une des muses de Pedro Almodóvar.
Et l’acteur espagnol Antonio Banderas, qui a également déclaré qu’il fallait respecter la loi.