Saad Hariri : "Je suis libre en Arabie saoudite"

Saad Hariri : "Je suis libre en Arabie saoudite"
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
PUBLICITÉ

Il sort enfin de son silence, au bout de 8 jours. Le Premier ministre libanais démissionnaire a dit qu’il allait “très bientôt” rentrer au Liban. Saad Hariri assure dans une interview à une chaîne de télévision libanaise réalisé depuis Ryad qu’il est “libre” en Arabie saoudite.

Le Liban fragilisé par le jeu de Riyad https://t.co/zb38LWAEg9

— Le Figaro (@Le_Figaro) 12 novembre 2017

Le 4 novembre il avait annoncé sa démission surprise depuis la capitale saoudienne. Et depuis, les autorités libanaises s’interrogent sur sa liberté de mouvement.
Pour justifier sa démission, Saad Hariri avait dénoncé la “mainmise” de l’Iran et du Hezbollah, membre de son gouvernement et proche de Téhéran, sur les affaires libanaises.

Excellent papier pour comprendre ce qui se passe au Liban. https://t.co/ClABYJTkMi

— Laurence Parisot (@LaurenceParisot) 12 novembre 2017

Le président Michel Aoun n’a toujours pas accepté sa démission, et à Beyrouth on attend son retour. Ce dimanche les participants du marathon de Beyrouth couraient pour cela, pour que leur premier ministre revienne. Un chef de gouvernement adepte de la course à pied, et dont l’absence au marathon cette année était omniprésente.

Rafik Hariri, Premier ministre démissionnaire du Liban, est-il prisonnier de l’Arabie saoudite? https://t.co/c9G0BD7Svfpic.twitter.com/GmHXd45jGR

— 20 Minutes (@20Minutes) 12 novembre 2017

#Hariri : “J’ai écris moi-même le discours de ma démission” #Libanhttps://t.co/zPXA3AQgLs

— L’Orient-Le Jour (@LOrientLeJour) 12 novembre 2017

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Guerre Russie-Ukraine : Volodymyr Zelensky recherche le soutien de l'Arabie saoudite

La crise politique polonaise s'approfondit

L'Arabie saoudite ouvre son premier magasin d'alcool depuis plus de 70 ans