Etats-Unis : un dangereux procès pour le gouvernement Erdogan

Etats-Unis : un dangereux procès pour le gouvernement Erdogan
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
PUBLICITÉ

C'est un procès qui sent la poudre pour le gouvernement Erdogan. Devant un tribunal New-Yorkais comparait Reza Zarrab. Un magnat turco-iranien spécialisé dans le commerce de l'or qui a finalement décidé de coopérer avec la justice américaine. Il est accusé d'avoir mis en place en système complexe pour contourner l'embargo sur l'Iran et son pétrole. Devant la cour, il a expliqué avoir versé pour faciliter le trafic près de cinquante millions de dollars à un ex-ministre de l'Economie proche d'Erdogan.

Reza Zarrab est un homme d'affaires très connu en Turquie. Il y avait déjà été arrêté en 2013 dans le cadre de la même affaire. Mais le gouvernement avait alors tout fait pour mettre un terme à l'enquête lorsque le nom du fils d'Erdogan s'était retrouvé dans le dossier.

Le ministre de l'Economie mis en cause, Zafer Caglayan, avait ainsi été limogé avant d'être blanchi par la justice turc.

Devant le tribunal de New York, sa chaise est par contre restée vide. Caglayan est toujours en cavale. Aux côtés de Zarrab dans le box des accusés, seul est présent Mehmet Hakan Atilla. C'est l'ancien directeur de la Halkbank, un établissement bancaire turc qui aurait servi à maquiller la vente du pétrole iranien.

Au cours des derniers mois, les officiels turcs ont tout fait pour libérer Zarrab et empêcher la tenue du procès. Ils dénoncent c'est une enquête orientée commandée en sous-main par Fethullah Gülen, le prédicateur turc qu'Erdogan tient pour responsable de la tentative de putsch du 15 juillet 2016.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Iran : l'auteur d'un hymne protestataire condamné à plus de trois ans de prison

Iran : les législatives cadenassées par les conservateurs

Les obsèques d’Alexeï Navalny auront lieu ce vendredi à Moscou