Harcèlement : "les briseurs de silence", "personnalité de l'année"

Harcèlement : "les briseurs de silence", "personnalité de l'année"
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le mouvement #MeToo qui s'est développé sur la toile pour dénoncer les cas de harcèlement sexuel après l'affaire Weinstein a été désigné "personnalité de l'année" par Time magazine, comme les victimes qui brisent le silence.

PUBLICITÉ

Aux Etats-Unis, l'affaire Weinstein a engendré une frénésie sans précédent de dénonciations pour harcèlement, abus ou viol. Baptisé #MeToo (Moi Aussi) sur la toile, ce mouvement a permis à de nombreuses victimes, femmes et hommes, de briser la loi du silence.

C'est ce mouvement qui vient d'être désigné "Personnalité de l'année" par le magazine américain Time.

Cette récompense reflète l'ampleur du mouvement qui secoué le monde entier, avec notamment le mouvement #Balancetonporc en France ou #YoTambien en Espagne.

Pas un jour ne passe depuis sans qu'une personnalité de premier plan ne soit accusée de harcèlement ou d'abus sexuels. Beaucoup ont été limogées ou suspendues.

Les hommes de pouvoir des milieux du divertissement, des médias, de la culture et de la politique sont en première ligne, mais les victimes viennent de tous les secteurs, a souligné Time.

Après les actrices Ashley Judd, Rose McGowan, Angelina Jolie, plus d'une centaine de femmes ont accusé le producteur de 65 ans d'abus sexuels, allant du harcèlement au viol.

Plusieurs d'entre elles ont révélé des accords entre avocats pour que rien ne filtre de ces abus.

L'annonce de ce prix mercredi matin coïncide avec la publication par le New York Times d'une grande enquête sur les multiples complicités qui ont permis au producteur de sévir des années durant.

M. Weinstein a démenti, par le biais de ses avocats, les accusations portées contre lui et ne fait pour l'instant l'objet d'aucune inculpation, même si des enquêtes ont été ouvertes à New York, Los Angeles et Londres.

*Avec AFP *

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

#MeToo : un an de remise en cause de la domination masculine