Inquiétudes après la réélection de Zeman en République tchèque

Access to the comments Discussion
Par Beatrix Asboth
Inquiétudes après la réélection de Zeman en République tchèque

La République tchèque s'oriente davantage à l'Est au lendemain de la réélection du président populiste et pro-russe Milos Zeman. A 73 ans, il a battu son rival pro-européen Jiri Drahos d'une courte tête.

Selon les observateurs sur place, la peur des migrants a joué un rôle prépondérant dans son succès. Les électeurs qui ont voté pour lui, sont aussi les moins favorisés économiquement.

Ses électeurs n'ont rien à perdre

"Les gens qui ont donné leur voix à Zeman sont majoritairement ceux qui ne gagnent même pas le salaire moyen du pays. Ils n'ont en quelque sorte rien à perdre. Ils ne s'identifient pas dans le système, dans le régime de démocratie que nous avons", analyse David Binar, journaliste à TschechNews.

La présidentielle s'est aussi joué sur fond d'incertitude quant au gouvernement. Le milliardaire populiste Andrej Babis a gagné les élections législatives mais n'a pas encore réussi à former un gouvernement. Il est vu comme un allié de Milos Zeman.

Pro-russe, pro-chinois et anti-occidental

"La perception c'est ce qui importe en politique. Je pense que la perception de M. Zeman est qu'il est un pro-russe, un pro-chinois, un anti-occidental. Et donc, cela va envoyer un message qui, j'en ai peur, ne sera pas très positif pour la République tchèque", estime Jiri Pehe, analyste politique à l'université New York à Prague.

"En République tchèque, c'était la seconde fois que la population pouvait élire directement son président. Et le taux de participation a battu des records,avec plus de 66%, les votants ont saisi l'importance du scrutin", nous dit notre envoyée spéciale à Prague, Beatrix Asboth.