Attaques de Ouagadougou : un suspect interrogé

Attaques de Ouagadougou : un suspect interrogé
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Un jihadiste présumé arrêté quelques heures après la double attaque de Ouagadougou est interrogé par la justice burkinabè.

PUBLICITÉ

Au Burkina Faso, l'enquête sur la double attaque de vendredi à Ouagadougou progresse. Un jihadiste présumé arrêté dans les heures qui ont suivi les attaques, est entendu par la justice.

Il est soupçonné d'avoir participé à l'attaque de l'état-major général de l'armée, et pourrait même être un cerveau de l'opération.

L'attaque, qui a fait sept morts parmi les forces de sécurité, a été revendiquée samedi soir par le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans lié à Al-Qaïda. Le GSIM affirme avoir agi en représailles à la mort de deux de ses dirigeants lors d'une opération militaire française dans le nord du Mali.

Les autorités soupçonnent fortement des complicités au sein de l'armée. L'explosion de la voiture piégée a totalement détruit une salle ou devait se tenir une réunion de l'état-major de la force du G5 Sahel. Elle s'est finalement tenue dans un autre endroit, évitant un carnage.

Les enquêteurs se demandent par ailleurs si l'attaque de l'ambassade de France n'était pas une diversion avant celle de l'état-major. Les quatre assaillants ont été tués, sans pouvoir pénétrer dans l'enceinte diplomatique. Au total, neuf jihadistes sont morts, d'autres ont peut-être pu s'enfuir.

Un procureur et quatre enquêteurs français doivent participer à l'enquête.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Crues du printemps : les Européens ont les pieds dans l'eau

Nouvelle-Calédonie : un sixième homme est mort dans des affrontements

Alertes aux crues en Europe : la Moselle en France, le nord de l'Italie et la Slovénie impactés