EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Affaire Skripal : les "hypothèses" d'un ancien espion russe

Affaire Skripal : les "hypothèses" d'un ancien espion russe
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Un ancien officier du service de renseignement de l’armée russe nous confie ses "hypothèses"

PUBLICITÉ

Tout comme Sergueï Skripal, l'espion empoisonné au Royaume-Uni, Vladimir Koshelev est un ancien officier du GRU, le service de renseignement de l’armée russe. Au micro d'Euronews, il émet ses propres hypothèses sur l'empoisonnement de l'agent double et l'usage d'une substance chimique de conception russe pour l'empoisonner.

"Nous ne devrions pas exclure l'hypothèse de l'implication d'un Etat dans toute cette histoire, mais quel Etat ? C'est la question, dit-il. Il est possible que les services spéciaux britanniques aient décidé de réutiliser leur ancien espion en mettant en scène son empoisonnement. D'un autre côté, l'implication de services spéciaux "amis" dans cette affaire est aussi possible. Ces services de renseignements supposés "amis" - et je souligne que cela est juste une hypothèse - pourraient appartenir à un pays ayant fait partie de l'Union soviétique où auraient pu se trouver des entrepôts abritant ces armes chimiques, l'Ukraine par exemple."

"Je n'exclue pas non plus la possibilité que ces agents "Novitchok" soient tombés entre les mains de criminels."

"Si M. Skripal avait réellement été menacé de mort, il aurait intégré un programme de protection des témoins, mais il vivait sans se cacher, il utilisait ses vrais nom et prénom, sa fille se déplaçait librement entre le Royaume-Uni et la Russie et inversement, et son fils aussi. Il n'y avait pas de menaces de ce point de vue, et tout d'un coup, cela est arrivé. Malheureusement, il y a eu et il y aura encore des traîtres, des traîtres à notre patrie qui ont fui aux Etats-Unis et en Israël aussi. Alors pourquoi sont-ils seulement empoisonnés et tués au Royaume-Uni ? Cela soulève certaines questions, pourquoi le Royaume-Uni ?", conclut l'ancien espion.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Moscou dénonce une "provocation grossière" de Londres

Affaire Skripal : Londres va riposter, Moscou pose ses conditions

Moscou rejette l'ultimatum de Londres