EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Espion empoisonné : "C'est impardonnable d'accuser Vladimir Poutine"

Espion empoisonné : "C'est impardonnable d'accuser Vladimir Poutine"
Tous droits réservés 
Par Laurence Alexandrowicz
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le Kremlin s'indigne. Le ministre des Affaires étrangères britannique Boris Johnson a jugé "probable" que le président russe avait "ordonné" l'utilisation du poison.

PUBLICITÉ

Le torchon brûle entre la Grande-Bretagne et la Russie. Après l'expulsion de 23 diplomates russes, et l'annonce de représailles par Moscou, ce sont ces accusations de Boris Johnson qui font grincer des dents :

 "Nous pensons qu'il est extrêmement probable que c'était la décision de Vladimir Poutine d'ordonner l'utilisation d'un agent innervant dans les rues du Royaume-Uni, dans les rues de l'Europe, a déclaré le ministre des Affaires étrangères britannique, pour la première fois depuis la deuxième Guerre mondiale. "

Le Kremlin juge "impardonnable" de désigner personnellement le président russe comme responsable, a déclaré Dmitry Peskov, porte-parole du Kremlin.

Le 4 mars, l'ex-agent double russe Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia, ont été empoisonnés par un produit neurotoxique à Salisbury.

La Russie a ouvert deux enquêtes : l'une pour "tentative d'assassinat" de la fille de l'ex-agent double, l'autre pour "meurtre" dans une autre affaire, après la mort suspecte d'un exilé russe lundi à Londres.  Nikolaï Glouchkov,  ancien allié de l'ex-oligarque devenu opposant en exil Boris Berezovski, aurait été étranglé, selon les médias russes.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Affaire Skripal : Londres, Berlin, Paris et Washington condamnent l'empoisonnement

La fausse annonce de la mort de Charles III

Le chef de l'armée britannique invite les citoyens à se préparer à une guerre massive avec la Russie