DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Forum de Crans Montana à Dakhla : "un nouvel élan en Afrique"

Vous lisez :

Forum de Crans Montana à Dakhla : "un nouvel élan en Afrique"

Forum de Crans Montana à Dakhla : "un nouvel élan en Afrique"
Taille du texte Aa Aa

Sécurite alimentaire, agriculture durable, énergies renouvelables, révolution verte africaine, coopération régionale en matière de santé, ce sont quelques-uns des thèmes de la quatrième édition du Forum de Crans Montana qui vient de se tenir à Dakhla.

Le Forum de Crans Montana sur l’Afrique et la coopération Sud-Sud a fait son retour au Sahara occidental. Pendant cinq jours, un millier de participants – dirigeants dont l’ex-président français Nicolas Sarkozy et décideurs – ont discuté alimentation, agriculture ou encore santé.

“Nous sommes très heureux de retrouver la grande famille africaine au Maroc pour des réflexions très animées, un partage d’expérience et de vision, souligne Pierre-Emmanuel Quirin, président du Forum de Crans Montana. Nous offrons une tribune libre pour pouvoir créer cet échange sur des thématiques comme l’agriculture, le potentiel halieutique [ndlr : l’exploitation des ressources aquatiques via la pêche et l’aquaculture], les énergies renouvelables, le tourisme éco-responsable et je pense que cette année, en quelque sorte, la ville de Dakhla est le temps de quelques jours, la capitale de tout un continent,” déclare-t-il.

Surmonter de nombreux défis dont la pauvreté

Pour la première fois depuis la délocalisation du Forum Crans Montana à Dakhla en 2015, un chef de gouvernement marocain a participé à cet événement panafricain. “Il y a un nouvel élan en Afrique qui aboutit à lier des relations entre les pays africains dans plusieurs domaines : au niveau de la coopération économique, culturelle et commerciale, assure Saadeddine El Othmani. Il faut augmenter cette coopération, mais aujourd’hui, malheureusement, les échanges commerciaux et d’investissements en Afrique sont encore très faibles,” constate-t-il.

Le roi sud-africain zoulou Zwelithini Goodwill avait fait le déplacement. Il s’est dit ravi de prendre part au Forum et d’aborder des questions qui préoccupent toute l’Afrique. “Il y a beaucoup de pauvreté en Afrique, dit-il avant d’ajouter : Il y a quelque chose qui me fait vraiment de la peine : c’est de voir tant de gens quitter les pays de l’ouest de l’Afrique pour émigrer, c’est une souffrance de voir tous ces gens qui s’enfuient de leur terre.”

Rôle essentiel des femmes

Parmi les personnalités présentes, il y avait aussi la ministre des affaires intérieures de la Zambie Grace Njapau. Elle a évoqué le rôle essentiel que doivent prendre les femmes dans la société africaine. “Les hommes essaient de marginaliser les femmes, mais nous disons : ‘Non’. On a dépassé tout ça ! On doit aller de l’avant, affirme Grace Njapau. En tant que femmes, nous devons nous unir et savoir exactement ce que nous voulons faire et nous devons commencer par savoir qui nous sommes, nous sommes des femmes qui peuvent changer le monde et l’Afrique,” insiste-t-elle.

Développement et agriculture durable, sécurité alimentaire, énergies renouvelables… Autant de thèmes abordés lors du Forum par les représentants de 49 pays africains dont le Sénégal.

“Le développement, c’est d’abord une question de mentalités, indique Souleymane Fall, conseiller spécial auprès du président sénégalais Macky Sall. Si les Africains sont convaincus que leur continent – avec toutes les richesses dont il regorge – peut devenir leader dans le monde, il le sera grâce à cette conviction, à cette mentalité de gagneur et surtout à leur unité,” martèle-t-il.

Une pluie de récompenses

Une série de Prix a été remis sous le parrainage du pasteur américain Jesse Jackson dont le Prix de la Fondation 2018, notamment à l’ancien président d’Haïti Michel Martelly. “Haïti, c’est l’Afrique, nous avons l’Afrique dans le sang, dans la peau, dans la culture, nous sommes la diaspora africaine, les enfants de l’Afrique, donc nous appartenons à l’Afrique, estime Michel Martelly. Maintenant, il s’agit d’une simple commodité, il s’agit d‘être acceptés, mais de fait, nous devrions déjà appartenir à l’Union africaine,” s’amuse-t-il.

Le prince indien Manasvi Atrey faisait partie des personnalités lauréates du titre de Nouveaux leaders du futur 2018.

Après trois jours d‘échanges et de partages à Dakhla, le Forum s’est poursuivi le temps d’une croisière en direction de Casablanca pour parler transport maritime et lutte contre le changement climatique.

Plus de focus