EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

"Il n'y a pas d'avions de combat bombardant les gens" (Général Assiri)

"Il n'y a pas d'avions de combat bombardant les gens" (Général Assiri)
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Entretien exclusif sur Euronews avec le général saoudien Ahmed Assiri sur la situation au Yémen.

PUBLICITÉ

Le général saoudien Ahmed Assiri, ancien porte-parole de la coalition arabe menant l'offensive au Yémen, a répondu aux questions d'Euronews. Il affirme que Ryad recherche une solution politique au conflit.

Les trois ans de guerre au Yémen ont généré la pire crise humanitaire du monde, selon les Nations unies. Aujourd'hui 8,4 millions de Yéménites sont dans une situation de famine imminente, soit près d'un tiers de la population. Plus d'un million sont infectées par le choléra.

Voici un extrait de l'entretien.

Question de notre correspondante à Paris Anelise Borges : Vous voulez que les toutes les parties yéménites viennent à la table des négociations... mais des avions volent dans le ciel et bombardent les gens. Comment pourraient-ils venir négocier ?

Ahmad Asiri,conseiller en sécurité du prince héritier d'Arabie saoudite :
"Je pense que vous avez raté l'explication. Il n'y a pas d'avions de combat volant et bombardant les gens. Ce que nous faisons au Yémen, c'est travailler contre les milices. Selon le même standard que lorsque nous avions travaillé avec la communauté internationale dans la coalition internationale contre Daech. Nous ne pouvons pas abandonner. Si nous abandonnons, nous nous retrouvons avec le Hezbollah au Yémen."

Depuis le 26 mars 2015, date du début de l'intervention de la coalition arabe au Yémen, l'ONU estime que 3 millions de personnes ont été forcées de quitter leurs foyers et que 10 000 personnes ont été tuées, en majorité des civils.

"Ce chiffre n'est pas correct."

Y-a-t-il plus de victimes ?

"Non, il y a moins... de victimes... en raison du contexte. Je ne pense pas que ce nombre ait pu être correctement vérifié par l'ONU, car l'ONU n'est pas présente sur le terrain."

L'intégralité de l'interview sera diffusé sur nos antennes dès mercredi soir.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Plus de 1 300 morts lors du pèlerinage du Hadj, cette année, en Arabie saoudite

À la Mecque, les pèlerins procèdent à la "lapidation de Satan"

Tribune. Un axe Arabes-Israël contre l'Iran est désormais une réalité