PUBLICITÉ

Euroviews. Tribune. Un axe Arabes-Israël contre l'Iran est désormais une réalité

La garde d'honneur jordanienne passe en revue au palais royal d'Amman, mars 2020
La garde d'honneur jordanienne passe en revue au palais royal d'Amman, mars 2020 Tous droits réservés AP Photo/Euronews
Tous droits réservés AP Photo/Euronews
Par Samuel J. Hyde
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Les opinions exprimées dans cet article sont celles de leur auteur et ne représentent en aucun cas le positionnement éditorial d’Euronews.
Cet article a été initialement publié en anglais

Toute la région vient d'assister au gémissement du régime de Téhéran et à l'explosion d'Israël et de ses alliés. Il est temps de tirer parti de cette opportunité pour obtenir de réels gains politiques, écrit Samuel J. Hyde.

PUBLICITÉ

L'arsenal tiré sur Israël par le régime de Téhéran aux premières heures ce dimanche matin a été atténué non seulement par la technologie israélienne, mais aussi par une alliance de puissances occidentales - les États-Unis, le Royaume-Uni et la France - travaillant aux côtés de nations arabes amies.

On ne connaîtra peut-être pas avant longtemps tous les détails de la manière dont ces États arabes ont contribué à protéger Israël, sauvant sans aucun doute des vies israéliennes des missiles et des drones de la République islamique d'Iran. Quoi qu'il en soit, ce moment marque un tournant historique.

Que l'on attribue à Yitzhak Rabin et Bill Clinton l'accord de paix avec la Jordanie en 1994, ou à Benjamin Netanyahu et Donald Trump les accords d'Abraham plus récents, le résultat est le même : le régime islamique fanfaron de l'Iran a été humilié par une coalition régionale.

Benny Gantz, le "baby-sitter" du cabinet de guerre, a également le mérite d'avoir poussé à la création de l'alliance de défense aérienne du Moyen-Orient, qui a maintenant prouvé la validité du concept.

D'autres, en revanche, interprètent l'attaque de manière tout à fait différente : ils affirment que la République islamique n'est pas dissuadée par l'excellence défensive du partenariat américano-arabo-israélien, mais qu'elle est manifestement encouragée comme jamais auparavant.

Il convient de noter qu'aucun pays n'a attaqué directement Israël depuis 33 ans, c'est-à-dire depuis l'Irak de Saddam Hussein lors de la guerre du Golfe de 1991. Une réponse militaire rapide et forte devrait donc être envisagée.

La guerre est temporaire, la politique est éternelle

Quelle que soit la suite des événements, il est important de se rappeler que la guerre seule est une entreprise à court terme, même dans le cas de guerres prolongées, alors que la politique est une expérience permanente.

On expérimente diverses politiques et idées, on observe les résultats, puis on décide de poursuivre dans cette voie ou de faire marche arrière et d'essayer quelque chose de différent.

Il convient de noter qu'aucun pays n'a attaqué directement Israël depuis 33 ans, c'est-à-dire depuis l'Irak de Saddam Hussein
A man walks past a mural depicting the US President Joe Biden as a superhero defending Israel on a street in Tel Aviv, April 2024
A man walks past a mural depicting the US President Joe Biden as a superhero defending Israel on a street in Tel Aviv, April 2024AP Photo/Leo Correa

L'expérience conjointe entre l'État juif et ses alliés arabes régionaux s'avère être un résultat positif net, malgré la "politique" menée par certains dirigeants arabes au cours des six derniers mois.

En écoutant leurs déclarations, on aurait pu croire qu'ils assistaient à une conférence donnée par des professeurs de morale kantienne et d'humanisme feuerbachien. Je ne sais pas qui ils essayaient de convaincre avec leur rhétorique humaniste, mais aucune personne rationnelle ne les a pris au sérieux.

Néanmoins, la coopération contre l'attaque iranienne prouve que la tendance dans la région est toujours à une alliance arabo-américano-israélienne contre la République islamique d'Iran et ses mandataires.

La naissance de l'"Axe de la Renaissance"

Il est vrai qu'aucune de ces coopérations ne représente le rêve de paix promis par le processus d'Oslo, et que les menaces qui pèsent sur Israël se sont peut-être accrues depuis lors, car l'ennemi arabe d'hier était bien moins dangereux que l'ennemi islamiste extrémiste d'aujourd'hui.

Cela ne signifie pas que les radicaux qui combattent Israël sont moins déterminés ou moins impitoyables dans leurs efforts pour mettre fin à la souveraineté juive, ni que les Palestiniens ont effectivement mis fin à la guerre qu'ils mènent depuis un siècle contre le sionisme.

L'Ayatollah et son camp ont donné à Israël et à ces États arabes l'opportunité unique de changer le cours de la région après six mois de guerre brutale et la pire attaque de l'histoire d'Israël.
An Israeli soldier walks near the Israeli-Gaza border, April 2024
An Israeli soldier walks near the Israeli-Gaza border, April 2024AP Photo/Leo Correa

Ce que cela signifie, c'est qu'Israël a brisé le front panarabe contre lui et a convaincu suffisamment de pays arabes qu'un Israël fort n'est pas une menace, mais une condition essentielle à leur survie.

L'axe de la lutte n'est plus entre Israël et les Arabes, mais entre une coalition israélo-arabe, que j'appelle l'Axe de la Renaissance, et la Révolution islamique des Ayatollahs et ses mandataires terroristes, qui s'appellent sans vergogne l'Axe de la Résistance.

Un gémissement et une explosion

L'attaque sans précédent de la République islamique est un point d'inflexion pour Israël et ses alliés, offrant la possibilité de changer la donne régionale en faveur d'Israël - mais seulement si le Premier ministre Netanyahou fait les bons choix.

Avec un Netanyahou qui ressemble à un personnage d'une tragédie shakespearienne et une coalition gouvernementale d'extrême droite qui n'a aucune idée de ce qui se passe mais qui est dangereusement au pouvoir, il y a toutes les chances qu'Israël gâche cette opportunité.

En ne faisant pas suivre toute réponse militaire, s'il y en a une, d'éléments diplomatiques concrets et de plans politiques après le soutien qu'Israël vient de recevoir de ses voisins, Israël gâchera une chance historique de monter un front beaucoup plus efficace contre la République islamique d'Iran.

PUBLICITÉ

Dans des moments critiques comme celui-ci, où les enjeux sont élevés, nous bénéficions d'un rare moment de clarté pour savoir qui se situe par rapport à qui. De nombreux pays arabes ont clairement fait connaître leur position.

L'ayatollah et son camp ont donné à Israël et à ces États arabes l'occasion d'une vie de changer le cours de la région après six mois de guerre brutale et la pire attaque de l'histoire d'Israël.

Toute la région vient d'assister au gémissement du régime de Téhéran et à l'explosion d'Israël et de ses alliés.

Il est temps de capitaliser sur cette opportunité pour obtenir de réels gains politiques.

Une normalisation avec l'Arabie saoudite porterait un coup dévastateur à la République islamique et mettrait en échec l'un des objectifs du 7 octobre du Hamas.

PUBLICITÉ

Samuel J. Hyde est membre de l'Institut politique du peuple juif à Jérusalem.

Chez Euronews, nous pensons que tous les points de vue sont importants. Contactez-nous à l'adresse view@euronews.com pour envoyer des propositions ou des soumissions et participer à la conversation.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Exclusif : Michel espère que l'attaque israélienne apparente contre l'Iran mettra fin à l'escalade

Tsahal promet de "riposter" à l'attaque iranienne

Voici les changements de paradigme dont Israël a besoin de toute urgence