PUBLICITÉ

Macron affiche son soutien aux Kurdes syriens

Macron affiche son soutien aux Kurdes syriens
Tous droits réservés 
Par Vincent Ménard
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le président français a reçu à l'Elysée une délégation des Forces Démocratiques Syriennes qui doivent faire face à la menace turque.

PUBLICITÉ

Emmanuel Macron a reçu ce jeudi une délégation des Forces Démocratiques Syriennes - les FDS - composées de combattants arabes et kurdes.

Le locataire de l'Elysée les a assurées du "soutien de la France", tout en leur rendant hommage pour leurs sacrifices et leur rôle déterminant dans la lutte contre Daech.

Les FDS étaient en première ligne pour déloger les jihadistes de Raqa, l'ancien bastion du groupe Etat islamique en Syrie.

Par ailleurs, Emmanuel Macron s'est dit prêt à jouer le rôle de médiateur entre les combattants kurdes et la Turquie qui a lancé une vaste offensive pour les chasser d'Afrine. Chose faite depuis le 19 mars.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan menace maintenant de s'en prendre à la localité de Minbej, où des forces américaines sont aussi présentes.

Abu Ali Nejm, membre du conseil militaire de Minbej : "Nous sommes prêts à défendre Minbej. Cela fait plus de deux ans et demi que nous sommes aux côtés des Etats-Unis et de la coalition. Nous avons libéré Minbej ensemble. Ils nous ont donné des assurances. Nous avons un contrat avec eux. Nos forces sont formées et armées par la coalition."

Selon le représentant en France du Kurdistan syrien, Emmanuel Macron aurait promis de renforcer le dispositif militaire français à Minbej.

On sait que des forces spéciales françaises sont stationnées en Syrie, mais on ne connaît pas précisément le nombre d'hommes déployés par Paris.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Nouvelle-Calédonie : Emmanuel Macron convoque un conseil de défense ce lundi

No Comment : Manifestation de Reporters sans frontières contre la venue de Xi Jinping

Élections européennes : en France, une percée du RN inquiète le parti d'Emmanuel Macron