EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Syrie : Theresa May s'explique devant le Parlement

Syrie : Theresa May s'explique devant le Parlement
Tous droits réservés REUTERS/Simon Dawson/Pool
Tous droits réservés REUTERS/Simon Dawson/Pool
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Après les bombardements britanniques menés conjointement avec les Etats-Unis et la France en Syrie, la Première ministre a justifié leur légalité devant les parlementaires.

PUBLICITÉ

Le gouvernement britannique défend les frappes menées ce week-end en Syrie contre des sites de production et de stockage d'armes chimiques.

Theresa May s'est exprimée ce lundi devant le Parlement britannique pour justifier de leur légalité et pour tenter de calmer la colère de l'opposition qui lui reproche d'avoir mené cette opération sans avoir consulté le Parlement au préalable.

"Permettez-moi d'être très clair : nous avons agi parce que c'était dans notre intérêt national de le faire. Il est de notre intérêt national d'empêcher l'utilisation future d'armes chimiques en Syrie, et de défendre l'idée qui fait consensus dans le monde selon laquelle ces armes ne devraient pas être utilisées. On ne peut pas permettre la banalisation de ce type d'armes, que ce soit en Syrie, dans les rues du Royaume-Uni ou ailleurs. Nous ne sommes pas intervenu parce que le président Trump nous l'a demandé mais parce que nous pensions que c'était la meilleure chose à faire, et nous n'étions pas les seuls", a déclaré Theresa May au palais de Westminster.

Le leader de l'opposition, le travailliste Jeremy Corbyn, a tenu à rappeler à la Première ministre qu'elle est avant tout "responsable devant le Parlement britannique, et non pas devant le président américain". Et que selon l'usage, Theresa May aurait dû demander un vote d'approbation des députés britanniques avant d'intervenir, comme cela est d'usage suite à l'intervention britannique en Irak en 2003.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L’UE tournée vers l’avenir de la Syrie

Frappes en Syrie : la participation française sera débattue à l'Assemblée

Raids en Syrie : manifs et contestations en Occident