EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Arménie : une nouvelle "révolution de velours" ?

Arménie : une nouvelle "révolution de velours" ?
Tous droits réservés REUTERS/Vahram Baghdasaryan
Tous droits réservés REUTERS/Vahram Baghdasaryan
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le mouvement de protestation s'amplifie après la nomination de l'ex-président Serge Sarkissian au poste de Premier ministre. Le leader de l'opposition dénonce une confiscation du pouvoir et promet "une révolution de velours pacifique". Reportage à Erevan.

PUBLICITÉ

"L'Arménie sans Serge !" : un cri répété inlassablement par les manifestants depuis vendredi dernier.

La contestation s'amplifie pour protester contre la nomination de l'ex-président Serge Sarkissian au poste de premier ministre. L'opposition dénonce une confiscation du pouvoir, le chef de l’État étant aux commandes de l'exécutif depuis dix ans.

La nuit dernière, quelque 16 000 personnes se sont rassemblées dans les rues de la capitale. Une campagne de désobéissance civile appelle à prolonger la contestation.

"Les étudiants prennent vraiment conscience qu'il s'agit d'une protestation importante. Elle représente un combat pour leurs droits et leurs libertés", souligne l'un des manifestants.

Un autre opposant dénonce une disproportion du dispositif policier :

"La police fait une démonstration de force excessive pour tenter de contrôler les manifestants. Une grenade a explosé juste à côté de moi et m'a blessée à la jambe, c'est inacceptable ! Cela montre encore une fois que les policiers seraient capable de tuer des gens."

L’accès à plusieurs bâtiments gouvernementaux a été bloqué par les forces de l'ordre qui poursuivent les arrestations des manifestants.  D'autres rassemblements ont été organisés dans deux villes du nord du pays, Gyumri et Vanadzor.

"Je proclame aujourd’hui le début d’une révolution pacifique de Velours en Arménie", a déclaré le leader de l'opposition Nikol Pachinian, en référence à la protestation qui avait contribué à la chute du parti communiste en Tchécoslovaquie en 1989.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La colère des opposants arméniens

Manifestations en Arménie : l'ex-président qui veut être Premier ministre

Le nouveau président arménien prête serment