DERNIERE MINUTE

L'armée nigériane accusée de crimes de guerre

L'armée nigériane accusée de crimes de guerre
Tous droits réservés
Amnesty International/Handout
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

L'armée nigériane est accusée de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité.

Ce jeudi, l'ONG Amnesty International a affirmé que des soldats se seraient livré à des actes de torture, mais aussi au viol et au meurtre de civils, au cours de la lutte contre le groupuscule islamiste Boko Haram, qui a duré pendant une dizaine d'années. Un conflit qui a causé des dizaines de milliers de morts, et une crise humanitaire majeure.

Ce rapport documenté, basé sur des centaines d'interviews, fait état de violences sexuelles, de villages incendiés, ou encore de rapports sexuels en échange de nourriture, le plus souvent dans les camps de déplacés.

"Un soldat venait avec de la nourriture dans la main et il disait : "Si tu m'aimes bien, prends cette nourriture, viens avec nous", témoigne une victime. "Nous, on pensait à nos enfants qui pleuraient de faim. Si on acceptait la nourriture, il revenait pour avoir des rapports sexuels avec nous, et si on refusait, il avait recours à la force pour vous violer".

Ces crimes auraient été perpétrés pendant des années, et se seraient poursuivis, malgré l'ouverture d'une enquête à l'initiative du gouvernement nigérian, en août dernier, et dont les conclusions n'ont pas été rendues publiques.

L'armée nigériane dément ces accusations et évoque des incidents "fictifs". Elle reste soutenue par la présidence, qui assure que le rapport de l'ONG "manque de crédibilité".

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.