DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le rappeur Valtonyc réfugié en Belgique ? Il fuit la prison en Espagne

Vous lisez:

Le rappeur Valtonyc réfugié en Belgique ? Il fuit la prison en Espagne

Photo du rappeur espagnol Valtonyc sur site musique.
@ Copyright :
CC BY-SA 2.0 Òmnium Cultural, Flickr (www.flickr.com/photos/omniumcultural/40374672995/), recadrée
Taille du texte Aa Aa

Le rappeur espagnol controversé Valtonyc a apparemment craqué. Selon plusieurs médias espagnols, Josep Miquel Arenas Beltran, de son vrai nom, se serait enfui en Belgique alors qu'il devait se livrer à la justice espagnole jeudi. Un mandat d'arrêt européen et international a été lancé à son encontre. Le jeune homme, âgé de 24 ans, a été condamné à trois ans et demi de prison pour "apologie du terrorisme, injures à la Couronne (d'Espagne) et menaces". Dans certaines de ses chansons, il faisait en effet allusion aux meurtres de ministres, de membres de partis de droite et même du roi (Par exemple : "Le roi a un rendez-vous sur la place du village une corde autour du cou").

Valtonyc a en quelque sorte annoncé sa fuite en postant un message mercredi sur son compte Twitter. Il explique qu'il s'agit d'une désobéissance "légitime". Voici la traduction de son tweet : "Demain, c'est le jour où ils vont frapper à la porte de ma maison pour me mettre en prison. Pour des chansons. Demain, l'Espagne va se ridiculiser une fois de plus. Je ne vais pas les laisser faire, désobéir est légitime et une obligation face à cet Etat fasciste. Dans ce cas, personne ne se rendrait".

La loi sur l'apologie du terrorisme dénoncée par des ONG et des artistes

Ce coup d'éclat apporte du grain au moulin dans le débat sur la liberté d'expression qui grandit en Espagne. La loi sur l'apologie du terrorisme est de plus en plus controversée. Plusieurs artistes et des internautes ont été condamnés sous ce chef d'accusation au cours des derniers mois. Un autre rappeur, Pablo Hasel, a notamment écopé de deux ans de prison le 2 mars dernier, pour une chanson et des tweets hostiles au pouvoir.

L'organisation de défense des droits de l'Homme Amnesty International accuse la loi espagnole d'être détournée afin de "réprimer les expressions politiques, surtout sur les réseaux sociaux". Par ailleurs, la Cour européenne des droits de l'Homme a pointé du doigt Madrid en mars dernier : elle a jugé que la condamnation de deux indépendantistes catalans, ayant brûlé une photographie du couple royal en 2007, violait le droit à la liberté d'expression.

A noter justement que le rappeur Valtonyc a chanté les chansons qui lui ont valu des années de prison en catalan. Du coup, l'ancien président catalan, l'indépendantiste Carles Puigdemont, qui s'était lui aussi exilé en Belgique, lui apporte son soutien sur Twitter. Il estime que la décision du chanteur est "nécessaire pour continuer à défendre les valeurs et les libertés fondamentales, sans lesquelles il n'y a pas de démocratie".