PUBLICITÉ

Matteo Salvini visite un centre d'asile sous les sifflets

Matteo Salvini visite un centre d'asile sous les sifflets
Tous droits réservés 
Par Laurence Alexandrowicz
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Dans le port sicilien de Pozzallo, des militants de gauche rejettent la ligne dure du gouvernement et du nouveau ministre de l'Intérieur italien.

PUBLICITÉ

"Bienvenue aux réfugiés" : le message à Matteo Salvini, nouveau ministre de l'Intérieur italien, ne peut pas être plus clair : ici, dans le port sicilien de Pozzallo, où Matteo Salvini visite dimanche un centre d'accueil, des militants de gauche rejettent la ligne dure du gouvernement.

"Les migrants arrivent ici dans des conditions désastreuses et ils n'ont pas le droit d'être soignés, explique Anna, une manifestante, il y a beaucoup d'erreurs dans la prise en charge des migrants, des plus vulnérables".

Une partie de l'Italie, lassée d'être la principale porte d'entrée des migrants en Europe, a porté le dirigeant d'extrême-droite au pouvoir.

"Je vais travailler avec nos partenaires européens et africains pour arrêter de donner à des milliers de gens désespérés l'illusion qu'en Italie il y a un toit et du travail pour tout le monde, a expliqué Matteo Salvini. Ici le coût pour chaque demandeur d'asile est le plus élevé d'Europe, le traitement des demandes d'asile est le plus long d'Europe, il faut que ça change."

Matteo Salvini se battra aussi contre la règle européenne qui veut que les migrants soient obligés de déposer une demande d’asile dans le pays où ils sont enregistrés la première fois. Pour la plupart c'est l'Italie.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Matteo Salvini veut recenser les Roms en Italie

Lampedusa débordée après avoir accueilli plus de 1000 migrants en une journée

Matteo Salvini survit à une motion de défiance sur ses liens avec Moscou