Un désastre humanitaire redouté au Yémen

Un désastre humanitaire redouté au Yémen
Tous droits réservés REUTERS/Abduljabbar Zeyad/File Photo
Par Anne-Lise Fantino
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les ONG s'inquiètent de la poursuite de l'offensive menée par la coalition internationale contre le port d'Hodeïda, qui reste le point d'entrée de l'aide humanitaire, alors que la famine menace la vie de plus de huit millions de personnes.

PUBLICITÉ

Les ONG redoutent plus que jamais une aggravation de la crise humanitaire au Yémen.

Ce mercredi, les forces pro-gouvernementales ont annoncé avoir repris le contrôle de l'aéroport d'Hodeïda, des mains des rebelles Houthis. D'après l'ONU, plus de 5000 familles ont fui les combats pour sauver leur vie, depuis le début de l'offensive, lancée il y a plus d'une semaine par les forces yéménites, avec l'appui de la coalition menée par l'Arabie Saoudite.

Hodeïda est une ville stratégique, qui reste le point d'entrée de l'aide humanitaire, et par où transitent les deux tiers des importations.

Des familles ont quitté le village de Manzar, près de l'aéroport, pour trouver refuge dans une école située à une dizaine de kilomètres. Mais leur avenir reste incertain.

"Les opérations de distribution de nourriture sont en cours", explique Abeer Etefa, porte-parole du Programme alimentaire Mondial au Yémen, "nous espérons que le port va continuer à fonctionner, c'est une bouée de sauvetage, pas seulement pour les habitants de Hodeida, mais pour beaucoup de gens au Yémen. 70 % de l'aide humanitaire passe par ce port".

Dans ce pays de 27 millions d'habitants, près des deux tiers de la population compte sur l'aide humanitaire, et plus de 8 millions de vies sont directement menacées par la famine.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Au Yémen un artiste peint sur les murs détruits par la guerre civile

Yémen : près d'un millier de prisonniers échangés

Vladimir Poutine en visite aux Émirats arabes unis et en Arabie saoudite