DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le Premier ministre polonais sur le gril des eurodéputés

Vous lisez:

Le Premier ministre polonais sur le gril des eurodéputés

Le Premier ministre polonais sur le gril des eurodéputés
Taille du texte Aa Aa

Le Premier ministre polonais a défendu la révision du système judiciaire de son pays devant une Assemblée plénière sceptique, à Strasbourg.

Le chef du groupe libéral-démocrate (ADLE) au Parlement a appelé Mateusz Morawiecki à revenir aux valeurs libérales européennes. "Placer les juges sous contrôle politique ne fait en réalité pas partie de ces valeurs... Alors je vous le demande personnellement : renversez la vapeur et ramenez la Pologne dans la famille des nations démocratiques, loin des illusions véhiculées par des Etats communément appelés 'illibéraux'.", a déclaré Guy Verhofstadt.

Les eurosceptiques britanniques ont profité de ce débat pour dénoncer une fois de plus le diktat de Bruxelles. "Vous pouvez avoir la règle de droit, mais vous ne pouvez pas avoir la règle de votre propre droit, vous ne pouvez avoir que le droit de ce lieu", a raillé l'eurodéputé UKIP, Gerard Batten.

Le premier ministre polonais a également émis ses propres critiques vis à vis de l'Union européenne : "Si le projet européen doit aller de l'avant, sa légitimité démocratique doit être renforcée. Vous pouvez appeler ça du populisme, mais au bout du compte, il faudra répondre aux questions posées par les citoyens".

L'allemand Manfred Weber, président du groupe PPE (droite-modérée) au Parlement a largement critiqué les propos du polonais. "La réunion du Conseil la semaine dernière nous a clairmeent montré que les Etats-nations ne parviennent pas à trouver un terrain commun pour avancer. C'est pourquoi je crois en l'Union européenne d'Adenauer - puisque vous y avez fait référence - basée sur des institutions au niveau européen. Cette Europe fonctionne. Par contre, l'Europe de l'égoïsme et du nationalisme ne peut pas servir les intérêts des peuples de l'Union européenne. "

La Commission européenne a déclenché la procédure liée à l'Etat de droit fin 2017 et a lancé, cette semaine, une autre procédure d'infraction contre la réforme judiciaire polonaise.