DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Exécution du gourou de la secte Aum, cerveau de l'attentat au sarin à Tokyo

Vous lisez:

Exécution du gourou de la secte Aum, cerveau de l'attentat au sarin à Tokyo

Exécution du gourou de la secte Aum, cerveau de l'attentat au sarin à Tokyo
Taille du texte Aa Aa

On ne se souvient absolument pas de son nom de gourou, Shoko Asahara, mais de celui de sa secte, oui ! Aum reste dans l'histoire récente du Japon un nom qui évoque l'horreur, celle qu'ont vécu les habitants de Tokyo au matin du 20 mars 1995 : du gaz sarin, répandu dans le métro de la capitale japonaise en pleine heure de pointe pour se rendre au bureau, avait intoxiqué gravement au moins 6 300 personnes; 13 étaient mortes des suites de l'empoisonnement.

23 ans plus tard, Asahara, condamné à mort, a été pendu ce vendredi matin à l'âge de 63 ans, avec six anciens membres importants de la secte. Il avait fondé Aum Vérité Suprême en 1987, après avoir eu des ennuis judiciaires liés à son travail d'acupuncteur. Il s'était vu obligé de fermer la clinique qu'il avait fait construire dans la banlieue de Tokyo; elle lui rapportait beaucoup d'argent grâce à une décoction soi-disant "miracle" avec laquelle il soignait ses patients. Il avait déjà, en quelque sorte, trouvé sa vocation de gourou.

Ci-dessous la salle d'exécution de la prison de Tokyo où Asahara était détenu : la trappe qui sert à la pendaison est marquée en rouge.

Des adeptes ingénieurs ont fourni du sarin à la secte

Avec Aum, Shoko Asahara a exploité tout son talent de manipulateur suprême. Ce mystique totalement "illuminé", adorateur de Shiva - qui est, l'air de rien, un dieu de la destruction pour les hindous - a réussi à hypnotiser jusqu'à 10 000 adeptes au plus fort de son influence. Parmi eux se trouvaient même des médecins et des ingénieurs qui ont permis à la secte de se procurer et d'utiliser des agents chimiques comme le terrifiant sarin, un gaz de combat inventé par les nazis.

Les disciples lambda, eux, étaient soumis à un régime autoritaire. Ils n'avaient pas le droit de regarder leur gourou en face. Lors des rassemblements, ils devaient porter de drôles de casques équipés d'électrodes afin, leur faisait croire le "maître", de recevoir les ondes émises par son cerveau; ne s'agissait-il-pas tout bêtement ce qu'on appelle un lavage de cerveau ? Au bout de sa folie, le fondateur de la secte Aum se prenait pour une réincarnation de Bouddha, ou même du Christ, et prédisait l'apocalypse.

Ci-dessous la station de métro de Tsukiji à Tokyo, où l'attentat au gaz sarin a eu lieu le 20 mars 1995 :

Pour le gourou d'Aum, tuer était parfois "utile"

Un certain genre d'apocalypse est donc arrivé en mars 1995 dans le métro de Tokyo, sous la forme du gaz sarin pour lequel Shoko Asahara éprouvait une véritable fascination. Il faut dire qu'il affirmait régulièrement que tuer pouvait parfois "être utile". Dès sa jeunesse, passée en grande partie dans une école japonaise pour aveugles - puisqu'il souffrait d'une importante cécité - il avait besoin de dominer, ont témoigné certains de ses anciens camarades de classe, il avait des accès de colère difficiles à stopper et la violence était en lui.

Ce vendredi 6 juillet 2018, il en a été libéré...