DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Japon : tous les condamnés de la secte Aum exécutés

Vous lisez:

Japon : tous les condamnés de la secte Aum exécutés

Japon : tous les condamnés de la secte Aum exécutés
@ Copyright :
REUTERS/Kim Kyung-Hoon
Taille du texte Aa Aa

Tous les condamnées à mort de la secte Aum sont désormais exécutés. Au Japon, la ministre de la justice a annoncé la pendaison des six derniers prisonniers, reconnus coupables de l'attentat au gaz sarin dans le métro de Tokyo en 1995.

"La peur, la douleur et la tristesse infligées par ces crimes aux victimes, et à leurs familles, sont inimaginables, y compris pour ceux qui ont survécu mais qui doivent vivre avec un handicap pour le reste de leurs jours", a déclaré Yoko Kamikawa.

Ces dernières exécutions surviennent après la pendaison du gourou Shoko Asahara, le 6 juillet dernier. Douze de ses disciples se sont vus comme lui infliger la peine capitale. La secte Aum est tenue au total pour responsable du décès de 29 personnes et de 6 500 blessés.

Vingt-trois ans après les faits, le Japon, pays réputé pour sa haute sécurité, reste profondément choqué par l'attentat du métro. Treize personnes avaient alors perdu la vie et 6300 autres avaient été intoxiqués.

Des condamnés à morts érigés en martyrs ?

Certains Japonais regrettent que le gourou et ses fidèles ne se soient pas d'avantage exprimé avant la sentence, craignant que leur exécution ne fasse d'eux des martyrs. "Des craintes existent qu'Asahara soit vénéré comme un dieu, je pense que nous devons rester vigilants", a mis en garde Minoru Kariya, fils de Kiyoshi Kariya enlevé et tué par la secte Aum en 1995.

Il a fallu 23 ans depuis l'attentat pour que la sanction soit réalisée, les autorités ayant attendu que s'achève en début d'année le dernier procès impliquant des ex-membres d'Aum.

La loi japonaise précise que les condamnés à la peine capitale doivent être exécutés dans les six mois suivant la confirmation de leur sentence, mais dans la pratique ils restent souvent des années dans l'antichambre de la mort.

Selon les médias nippons, le gouvernement voulait cependant en finir avec les condamnés à mort de la secte, dont les meurtres ont entaché l'ère Heisei (celle de l'actuel empereur Hirohito), avant l'abdication du souverain prévue en avril prochain et l'intronisation de son fils qui ouvrira une nouvelle ère impériale.