Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Ahed Tamimi : "Il faut que toute l'occupation prenne fin"

Ahed Tamimi : "Il faut que toute l'occupation prenne fin"
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Rapidement après sa libération, ce dimanche 29 juillet 2018, la jeune activiste palestinienne Ahed Tamimi a rendu un hommage sur la tombe de l'ancien président de l'Organisation de libération de la Palestine, Yasser Arafat.

L'adolescente a ensuite offert une interview à la chaîne américaine NBC, qui lui a demandé si elle souhaitait la fin de la colonie israélienne proche de son village natal en Cisjordanie.

"Tout d'abord, je ne veux pas que cette colonie disparaisse - je veux que toute l'occupation prenne fin. La question doit être traitée à la racine, nous devons viser à la fin de l'occupation parce que quand l'occupation sera finie, cette colonie sera partie aussi, c'est vrai pour les checkpoints, et pour le mur. Notre principal problème est l'occupation", a répondu la jeune femme qui avait giflé des soldats israéliens.

Dès sa sortie de prison, elle a rencontré le dirigeant palestinien Mahmoud Abbas, qui a qualifiée l'adolescente de "modèle du combat palestinien".

Ahed Tamimi, devenue à 17 ans une icône de la résistance palestinienne, a détaillé à NBC ses priorités pour la jeunesse de son pays :

"Ce que je veux dire à ma génération, c'est que le plus important pour nous est l'éducation - l'éducation est le seul outil qui nous permettra d'atteindre nos propres objectifs et de contribuer au développement de notre pays - comme je l'ai déjà dit, nous devons lier la lutte nationale à la lutte sociale pour qu'après l'occupation, nous puissions vivre dans un Etat démocratique où les hommes et les femmes sont égaux".

Interrogée sur son avenir, elle a dit souhaiter étudier le droit afin de pouvoir défendre "la cause palestinienne".