DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

En Russie, un prisonnier a transmis un message par le biais d'un baiser

Vous lisez:

En Russie, un prisonnier a transmis un message par le biais d'un baiser

En Russie, un prisonnier a transmis un message par le biais d'un baiser
Taille du texte Aa Aa

Dans une prison située près de Moscou, comme dans d’autres établissements pénitentiaires russes, la torture est une pratique courante. Mais impossible pour les détenus de témoigner sur les sévices dont ils sont victimes

"Il est très difficile pour un détenu de raconter les expériences de torture subies ; le courrier est censuré et tout témoignage ne peut quitter la prison", décrit Alexei Fedyarov, coordinateur de l'ONG "Russie emprisonnée".

Pendant son incarcération, Sergei Nikonorov, un ancien détenu, a trouvé un stratagème pour faire passer des messages à l'extérieur de la prison : il transmettait les papiers à sa femme, en l'embrassant, lorsqu'elle lui rendait visite.

"C'est comme une boîte scellée, pour ainsi dire. Je ne pouvais pas faire légalement la lettre de prison. Je devais le faire par le biais de ma femme, par un baiser. Je l'ai pris comme ça, je l'ai mis dans ma bouche, je devais aussi parler normalement, pour que l’administration de la prison ne soupçonne rien. Et j'ai fait passer le message par un baiser : comme ceci. De mes lèvres à ses lèvres", raconte-t-il.

Grâce à cette combine, Sergei a contribué au procès du directeur de son ancienne prison. Condamné pour torture, l’homme devra passer à son tour 3 ans en cellule.