DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Séisme à Lombok : l'aide se fait attendre dans certaines zones

Vous lisez :

Séisme à Lombok : l'aide se fait attendre dans certaines zones

Séisme à Lombok : l'aide se fait attendre dans certaines zones
@ Copyright :
REUTERS/Beawiharta
Taille du texte Aa Aa

Plus de 70 000 personnes se retrouvent sans domicile et dorment dans des abris de fortune manquant de nourriture, d'eau potable et de médicaments, trois jours après le séisme meurtrier sur l'île indonésienne de Lombok, ont indiqué mercredi les autorités.

Le tremblement de terre de magnitude 6,9 survenu dimanche soir a tué au moins 105 Indonésiens, selon un bilan officiel, provoquant des scènes de panique parmi les habitants et touristes, une semaine après un autre séisme qui avait fait au moins 17 morts sur cette île volcanique prisée par de nombreux touristes pour ses plages et sentiers de randonnées.

En plus des morts, 236 personnes ont été sérieusement blessées par le séisme de dimanche et des dizaines de milliers de maisons ont été endommagées, ont indiqué les autorités qui ont fait état d'un manque de personnel médical et de produits de base.

"Les efforts pour évacuer des gens se sont intensifiés, mais il y a encore beaucoup de problèmes sur le terrain", a déclaré mercredi un porte-parole de l'Agence nationale de gestion des catastrophes, Sutopo Purwo Nurgroho.

Les équipes de secours continuaient de déblayer des débris de bâtiments effondrés à l'aide d'excavateurs, faisant craindre une hausse du bilan des victimes.

La province des Petites îles de la Sonde occidentale (West Nusa Tenggara), où se trouve Lombok, manque cruellement de nourriture, de médicaments et de personnel médical, a indiqué le gouverneur, Muhammad Zainul Majdi. "Nos ressources humaines sont limitées. Il faut des auxiliaires médicaux dans les abris de fortune et d'autres doivent être mobiles", a-t-il déclaré à l'AFP.

Dans certaines parties de l'île d'une superficie de quelque 4 700 mètres carrés, des villages ont été presque entièrement détruits et des habitants dorment à la belle étoile, loin de leurs maisons par craintes de dégâts possibles en raison des répliques consécutives au séisme.

Avec agence