DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'Afghanistan pris en étau entre Daesh et les talibans

Vous lisez:

L'Afghanistan pris en étau entre Daesh et les talibans

L'Afghanistan pris en étau entre Daesh et les talibans
Taille du texte Aa Aa

Une nouvelle attaque en Afghanistan après une semaine sanglante. Ce jeudi matin, des hommes armés ont pris pour cible un centre d’entraînement des services de renseignement à Kaboul. La zone est bouclée par les forces de sécurité, on ignore pour l’heure l’identité des assaillants. Cette attaque se produit moins de 24 heures après un attentat suicide contre une école d'un quartier chiite de Kaboul, qui a fait au moins 37 morts et revendiqué par Daesh.

Mardi, les talibans s’étaient eux fois emparés d’une base militaire dans le Nord-Ouest du pays dans la province de Faryab, dans laquelle au moins 100 militaires étaient stationnés.

Pour Emily Winterbotham, chercheuse associée au Royal United Services Institute de Londres : "cela démontre, qu’en dépit de signes qui pouvaient laisser croire qu'ils reprendraient le dialogue à travers un processus de paix; les talibans n’ont pas désarmé. Tout cela alors qu’une rencontre a eu lieu avec les Américains au Qatar... Clairement pourtant, les talibans n'ont pas l'intention d'abandonner le terrain militairement."

Les insurgés sont sous pression depuis des mois pour accepter d'ouvrir des négociations de paix avec le gouvernement afghan. Ces attaques régulières pourraient permettre aux talibans d’aborder ces négociations en position de force, au grand désespoir de la population qui ne supporte plus les enterrements quotidiens.

Mira Jan, l'un des proches d’une victime décédé dans l'attentat contre l'école chiite se lamente : "Nous voulons la paix dans notre pays. Ce bain de sang ne peut plus continuer. Nous demandons à notre gouvernement et aux forces armées d'arrêter la guerre et d’œuvrer pour la paix, la fraternité. Nous avons fait assez de sacrifices. Tant de mères et de pères ont perdu ceux qu'ils aimaient pendant la guerre."

En juin dernier, un cessez-le-feu inédit de trois jours avait été observé, ce qui avait relancé les espoirs de paix après dix-sept ans de guerre. La présidence afghane a annoncé qu’elle négociait un deuxième cessez-le-feu lors des fêtes de l’Aïd Al-Adha, qui débutent dans 5 jours.

"Les Nations unies continuent de penser qu’il n’y a pas de solution militaire au conflit", a déclaré mercredi leur émissaire en Afghanistan, Tadamichi Yamamoto.