DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

50 ans après, Prague se souvient

Vous lisez:

50 ans après, Prague se souvient

50 ans après, Prague se souvient
Taille du texte Aa Aa

Cette nuit du 21 août 1968, 70 civils tchèques ont trouvé la mort. C'était il y a cinquante ans. Les chars soviétiques pénètraient dans la capitale tchécoslovaques et écrasaient le Printemps de Prague, sorte de démocratisation du régime communiste.

Cette année là, le jeune Otto Reinhard est un étudiant est-allemand de 16 ans. En août 1968, il visite Prague avec ses camarades, son appareil photo sous le bras. Conscient du caractère historique de l'instant, il photographie les chars et interroge les jeunes soldats soviétiques :

"Nous leur avons demandé s'ils savaient ce qu'ils étaient en train de faire et où ils étaient mais ils n'en avaient aucune idée. Ces jeunes-là n'en savaient rien, ils pensaient juste que c'était une sorte d'exercice. Ils ne connaissaient pas la vérité, ils ne savaient pas ce qu'ils faisaient. Ils ont été très surpris par la réalité", raconte Otto Reinhard.

Deux jours plus tard, Otto retourne en Allemagne de l'est, en prenant le soin de cacher ses pellicules dans ses sous-vêtements. Les soldats soviétiques eux restent et enclenchent le processus de normalisation du régime tchécoslovaque et Dubcek, le dirigeant à l'origine du Printemps de Prague est écarté. A Prague, Si Les manifestations de résistance se multiplient, elles sont systématiquement réprimées jusqu'à la révolution de velours en 1989 qui libéra le pays du joug russe.

Même si cela fait 50 ans que les chars soviétiques sont arrivés ici à Wenceslas Square afin de mettre fin aux réformes, l'influence de Moscou est de nouveau d'actualité. Le président tchèque pro russe Milos Zeman a refusé de faire un discours lors des célébrations d'anniversaire. la télévision publique tchèque a diffusé le discours du président slovaque Andrej Kiska.