DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ligue de diamant à Zurich: les nouveaux talents ont fait faux bond

Vous lisez:

Ligue de diamant à Zurich: les nouveaux talents ont fait faux bond

Ligue de diamant à Zurich: les nouveaux talents ont fait faux bond
Taille du texte Aa Aa

L'athlétisme, en quête d'une star charismatique depuis la retraite en 2017 de la légende du sprint Usain Bolt, a révélé en 2018 plusieurs talents qui, pour différentes raisons, sont néanmoins absents de la première des deux soirées des finales de la Ligue de diamant, jeudi à Zurich.

En effet, le Norvégien Jakob Ingebrigtsen, seulement 17 ans et déjà double champion d'Europe de demi-fond (1500/5000 m), a déclaré forfait mercredi.

Selon sa fédération, le prodige souffre d'une infection de la gorge.

C'est un peu la douche froide pour le célèbre meeting zurichois, d'autant que beaucoup s'interrogent sur l'intérêt de grouper les finales, la seconde soirée étant au programme vendredi à Bruxelles.

- Suspense -

Comme en 2017, le suspense sera pourtant total puisque la finale de chaque épreuve, et non plus le classement général établi sur les différentes étapes, sera le juge de paix. Les 50.000 dollars et le diamant offerts à chacun des lauréats pourraient ainsi prendre des destinations inattendues.

Pour les nostalgiques des soirées historiques, le mythique Letzigrund risque de sonner un peu creux.

On note aussi les absences du sauteur en longueur cubain Juan Miguel Echevarria (20 ans), champion du monde en salle, et du Qatarien Abderrahman Samba, le 2e homme dans l'histoire sous les 47 secondes sur 400 m haies (46.98, le 30 juin à Paris). Echevarria est blessé alors que Samba a donné la priorité aux Jeux asiatiques, où il s'est imposé en 47 sec 66.

On pourrait ajouter les indisponibilités du Sud-Africain Wayde Van Niekerk, détenteur du record du monde du 400 m (43.03), et du Canadien Andre De Grasse, arrêtés cette saison par des problèmes physiques.

Pourtant, et c'est le cours même de l'athlétisme, de nouvelles figures finissent par s'imposer. L'Américain Noah Lyles (21 ans) est de celles-là, invaincu sur 200 m en Ligue de diamant et prétendant numéro un au trône vacant du sprint.

- En pensant à Bolt -

"Mon but, c'est de toujours améliorer mon record personnel. Mieux vaut des progrès minimes mais réguliers. J'en suis à 19 sec 65 et je veux continuer à me rapprocher de Bolt (19.19 en 2009)", a insisté le Floridien, doté d'une accélération fulgurante dans les 50 derniers mètres.

En Suisse, Lyles aura pour unique adversaire le Turc Ramil Guliyev, médaillé d'or aux Championnats d'Europe en 19 sec 76, à seulement 4/100e du record d'Europe de l'Italien Pietro Mennea, qui date de 1979.

Chez les sprinteuses, un duel est attendu entre la Britannique Dina Asher-Smith et l'Ivoirienne Marie-José Ta Lou. Les deux jeunes femmes, qui codétiennent en 10 sec 85 la meilleure performance mondiale 2018, seront forcément départagées jeudi soir.

"La saison a été incroyablement réussie mais aussi longue entre l'indoor, les Jeux du Commonweath en avril, les Championnats d'Europe et la Ligue de diamant", a rappelé Asher-Smith.

Le demi-fond féminin propose un 5000 m de belles espérances avec l'Ethiopienne Genzebe Dibaba, la Néerlandaise d'origine éthiopienne Sifan Hassan et la Kényane Hellen Obiri.

Hassan, qui courra le lendemain la finale du 1500 m à Bruxelles, a prévu de franchir l'obstacle en se faisant convoyer de nuit en voiture d'une finale à l'autre.

La Néerlandaise Dafne Schippers (100/200 m) et la Colombienne Caterine Ibargüen (triple saut à Zurich et longueur à Bruxelles) s'attaquent au même tour de force.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.