DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

FC Nantes: la greffe Cardoso tarde à prendre

Vous lisez:

FC Nantes: la greffe Cardoso tarde à prendre

FC Nantes: la greffe Cardoso tarde à prendre
Taille du texte Aa Aa

Cinq points en cinq matches, aucune victoire à domicile, le début de saison nantais montre que la greffe du jeu demandé par le nouvel entraîneur Miguel Cardoso, aux antipodes de celui prôné par son prédécesseur Claudio Ranieri l'an dernier, tarde à prendre.

. Des bases installées

Pour comprendre les difficultés nantaises, il faut mesurer l'ampleur de la transformation menée depuis trois mois par le technicien portugais.

Un chiffre résume cette révolution culturelle: Nantes est passé de la 19e possession de balle l'an dernier (44%) à la deuxième cette saison (60%), juste derrière le Paris SG (61%).

L'équipe de contre s'est mué en équipe d'attaques placées, avec une grosse prise de risque dans la relance, systématiquement au sol et dans l'axe -ce qui lui a notamment coûté un but à Strasbourg-, et défensivement avec des latéraux placés très haut.

Un système de jeu hyper exigeant mais défendu par les joueurs. "Aujourd'hui, le système voulu par le coach ne prend peut-être pas encore parfaitement, mais il faut qu'on soit persuadés de notre idée de jeu. Je ne pense pas que ce soit une mauvaise idée", a estimé le milieu Abdoulaye Touré.

. Tactique parfois trop prévisible

"Quand on voit les matches contre Caen et contre Reims, c'est dur de ne pas les gagner", s'était lamenté Cardoso après le nul vierge contre Reims dimanche dernier, soulignant les 11 tirs, dont 7 cadrés, déclenchés par son équipe contre le promu.

Chiffre flatteur, car les Canaris ont donné l'impression d'être trop facilement neutralisés par le bloc bas adverse.

"On avait juste à se mettre bien en place (...) Leurs latéraux montaient beaucoup, on le savait. Ils ont aussi de la densité au milieu. Mais si on fermait bien les espaces, ça allait", avait même jugé le capitaine rémois Alaixys Romao.

De fait, le match contre le promu a parfois ressemblé à un match de handball, où Nantes faisait courir le ballon d'un joueur à l'autre en cherchant le faille, mais sans la vitesse et la variété nécessaires pour la trouver.

"On a la maîtrise du jeu sur quasiment tous les matches. Il faut, à présent, qu'on arrive à être plus tueurs et plus tranchants dans les derniers mètres et les dernières passes", a jugé Touré.

. Une partition encore mal interprétée

Nantes récite encore parfois avec trop d'application et pas assez de naturel sa leçon face à la défense adverse.

"Il était important qu'on soit capable de changer de jeu très vite, de changer de couloir très vite, de chercher l'espace à l'opposé (...) Il y a des moments où on n'a pas été capable de le faire vraiment vite et, donc, c'est plus facile pour une défense de fermer", avait analysé avec justesse Cardoso après Reims.

Manque d'automatisme dans ce nouveau système et arrivée de nouveaux joueurs expliquent en partie cet état de fait, mais il faut y ajouter un manque de lecture du jeu et d'initiative.

"À la mi-temps, j'ai dit à Waris qu'on avait besoin qu'il soit plus proche de la ligne (défensive), qu'il l'agresse plus, surtout dans le moments où la ligne défensive est plus haute", avait par exemple pointé Cardoso.

Résultat: Nantes passe beaucoup par les côtés, multiplie les centres -28 en moyenne par match, plus haut total en Ligue 1-, avec souvent le seul Emiliano Sala à la réception.

Et quand ils tentent leur chance, les Canaris sont trop imprécis, avec 28,5% de tirs cadrés, deuxième plus mauvaise performance nationale.

"Les résultats seront de notre côté, à l'avenir, si nous prenons les opportunités quand elles se présentent. Je pense que si on gagne en efficacité dans les 20 derniers mètres, nous pourrons mettre en difficulté beaucoup d'équipes", a prédit le milieu slovène René Krhin.

Il ne faudrait pas que ça tarde.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.