DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Manuel Valls a-t-il ses chances à la mairie de Barcelone ?

Vous lisez:

Manuel Valls a-t-il ses chances à la mairie de Barcelone ?

Manuel Valls a-t-il ses chances à la mairie de Barcelone ?
Taille du texte Aa Aa

Barcelone, capitale de la région férocement indépendantiste de Catalogne en Espagne, peut-elle choisir Manuel Valls pour la diriger ?

L'ancien Premier ministre français est officiellement dans la course depuis mardi soir, malgré les critiques de part et d'autres des Pyrénées. Un fait sans précédent encore en Europe, un pari risqué, mais qu'il assume, tout comme son opposition aux indépendantistes catalans :

"Le séparatisme essaie de faire de Barcelone la capitale d'une hypothétique république catalane. Barcelone n'est pas et n'a pas intérêt à l'être. Cette image va à l'encontre de celle d'une Barcelone globale qui est ouverte sur le monde."

Ancien ministre de l'Intérieur, Premier ministre de François Hollande, Valls n'a pas réussi à passer les primaires socialistes pour la présidentielle en 2017. Parachuté ? Sans doute, mais il en est conscient donc. Il va quitter son poste de député en France, peut-être dès la semaine prochaine, et qu'il gagne ou qu'il perde, il restera vivre à Barcelone assure-t-il.

Qu'en pense Carles Puigdemont, l'ancien président de la région catalane, en exil depuis le référendum sur l'indépendance jugé illégal par Madrid ?

"C'est un candidat qui ne connaît pas Barcelone, et qui n'est pas connu à Barcelone. Et pour savoir qui est Manuel Valls, ce qu'il peut offrir, il suffit d'écouter ce que disent les Français."

Les habitants de Barcelone sont divisés quant à cette candidature, légale dans l'union européenne, depuis le traité de Maastricht :

"Cela ne me paraît pas bien qu'un homme qui a représenté la république française se présente ici. Je vois un peu cela comme un échec de sa part", explique Ramon.

Pour Fernando, en revanche : "Il pourrait apporter une autre vision à la ville, ça me paraît clair et on en a bien besoin en ce moment en Espagne, à la fois au gouvernement central, à Madrid et en Catalogne. On a besoin d'un peu d'air frais !"

Et notre correspondante à Barcelone, Cristina Giner de conclure : "Avec cette annonce, Manuel Valls tente d'attirer les voix de tous les partis en faveur de l'unité espagnole, des électeurs de Ciudadanos comme du Parti populaire, mais aussi des socialistes et de la gauche la moins radicale."