EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Le "G6 européen" s'ouvre à Lyon sur la question migratoire

Le "G6 européen" s'ouvre à Lyon sur la question migratoire
Tous droits réservés 
Par Cyril Fourneris
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Avant le dîner d'ouverture dédié aux "enjeux migratoires", Edouard Philippe n'a pas caché les difficultés de travailler avec son homologue italien Matteo Salvini.

PUBLICITÉ

Les ministres de l'Intérieur des six plus grands pays de l'Union européenne sont arrivés lundi à Lyon, en France, où se tient un "G6" informel de deux jours dédié à la politique migratoire et la lutte contre le terrorisme.

Avant le dîner d'ouverture dédié aux "enjeux migratoires", Edouard Philippe ne cachait pas les difficultés de travailler avec son homologue italien anti-migrants Matteo Salvini, qu'il a appelé à accepter une "position commune européenne" sur l'immigration.

"Lorsqu'on est un responsable politique, on ne choisit pas ses interlocuteurs, on leur parle en leur disant les choses clairement. Cela ne vous aura pas échappé que j'utilise rarement les mêmes mots et le même vocabulaire" que lui,a déclaré le Premier ministre français qui assure l’intérim au ministère de l'Intérieur depuis la démission de Gérard Collomb.

"Cela ne m'empêche pas d'être direct aussi et j'espère que nous aurons ce soir un échange franc et direct. Ce que je sais, c'est qu'au delà des postures, la question de l'immigration ne trouvera pas une réponse nationale", a-t-il poursuivi. Aucun autre responsable n'a pris la parole en amont de la rencontre qui s'est déroulée en préfecture du Rhône.

Autre sujet brûlant à Lyon, l'Espagne, devenue cette la première route migratoire vers l'Europe. D'après le quotidien El Pais, Madrid réclame à l'UE des fonds pour aider le Maroc, dont le ministre de l'Intérieur est l'invité exceptionnel du sommet, à freiner les flux migratoires.

**Cyril Fourneris, Euronews : **

"L'arrivée la plus remarquée a été celle de l'Italien Matteo Salvini, la bête noire de ses cinq homologues à qui il impose des bras de fer répétés. Dernier en date, il a menacé de fermer ses aéroports au cas ou l'Allemagne enverrait des charters, en application des accords de Dublin. On notera à ce titre l'absence du ministre Allemand Horst Seehofer, qui sera représenté par son secrétaire d'Etat lors des rencontres bilatérales ce mardi".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Paris dit "Bye Bye" aux trottinettes électriques en libre-service

Le PPE ne cherchera pas à conclure un accord avec Giorgia Meloni, selon les chrétiens-démocrates

Les Européens votent ce samedi dans plusieurs pays avant la grande mobilisation de dimanche