Une Rwandaise prend la tête de la Francophonie

Une Rwandaise prend la tête de la Francophonie
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La Francophonie a couronné la Rwandaise Louise Mushikiwabo. Malgré les critiques sur la candidature du Rwanda, sa chef de la diplomatie est la nouvelle secrétaire générale de l'organisation. Sa nomination consacre la victoire de l'Afrique.

PUBLICITÉ

C'est le nouveau visage de la Francophonie. Sans surprise, Louise Mushikiwabo est la nouvelle secrétaire générale de l'organisation. La chef de la diplomatie rwandaise a été nommée vendredi par consensus, au dernier jour du sommet de la Francophonie qui se tient à Erevan en Arménie.

"On peut faire beaucoup plus et beaucoup mieux. La Francophonie est là pour peser sur le cours des choses, que ce soit au sein de l'ONU ou dans nos organisations régionales", a déclaré la nouvelle "présidente" de la Francophonie.

Louise Mushikiwabo était la grande favorite même si la candidature du Rwanda était très critiquée notamment en raison des droits de l'homme. Le pays est aussi pointé du doigt depuis qu'il a remplacé en 2008 le français par l'anglais en tant que langue obligatoire à l'école, avant de rejoindre le Commonwealth. "Embrasser plusieurs langues est notre richesse" a répondu la ministre.

Sa nomination consacre le "retour" de l'Afrique à la tête de l'organisation, l'Afrique et sa jeunesse "moteur de la francophonie" pour le président français.

27 des 54 membres de la Francophonie ayant droit de vote sont issus du continent africain. Il représentera 85% des francophones en 2050, sur un total de 700 millions, contre 274 aujourd'hui.

La nouvelle ambassadrice de la Francophonie prendra ses fonctions en janvier prochain pour un mandat de quatre ans.

avec AFP

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Paul Kagame : "En 1994, il n'y avait pas d'espoir, seulement les ténèbres"

La France et le Royaume-Uni échangent leurs gardes pour les 120 ans de l’Entente cordiale

Roumanie : une alliance de droite pour les élections européennes